La Mandragore

Une Racine Magique...

La mandragore est une plante qui jouit d’une réputation magique très forte dans les différentes traditions populaires européennes. L’étymologie du nom de cette plante nous renvoie à des temps très reculés car les linguistes pensent que le mot possède une origine antérieure aux Indo-Européens. Cette plante a conservé dans le folklore populaire le souvenir de certaines pratiques magiques bien particulières: “mandragore” possède un lien avec le terme ancien qui signifie “main de gloire”. Ce terme fait référence à la main desséchée d'un pendu dont se servaient les voleurs pour paralyser leurs victimes, ce qui démontre que la magie est la première propriété de la plante. Mais cette “main de gloire” renvoie aussi au fait que la mandragore avait la réputation de rendre au double tout ce qu’on lui offrait. C’est ainsi qu’une offrande d’une pièce d’argent devait à la fin du compte donner le double, c’est à dire deux pièces d’argent. L’étymologie du terme allemand est encore plus intéressante pour un païen, car elle se réfère à une voyante des anciens mythes germano-nordiques du nom de Alruna. En allemand “mandragore” se dit “die Alraune”; ce terme vient de “Alb” qui veut dire “Elfe”, et du mot “Runa” qui veut dire “Rune”. Le mot allemand de mandragore pourrait donc se traduire par “la rune de l’elfe” ou encore “le secret de l’elfe”. Tout ceci nous confirme encore une fois l’aspect magique lié à cette plante. 

Dans les traditions païennes, la mandragore symbolise la fécondité, elle permet d’entrevoir le futur, et favorise la richesse. Ce sont les trois aspects majeurs liés à la mandragore, aspects que l’on retrouve dans la tradition runique des Germains avec la rune Fehu. Bien qu’elle soit utilisée surtout comme un élément masculin, la racine nourricière de la mandragore possède un symbolisme aussi bien féminin que masculin. Cette racine rappelle fortement une figure humaine, ce qui a certainement contribué à son acceptation comme plante magique. Elle fut aussi énormément utilisée pour certaines vertus curatives. Mais elle est également un poison, ce qui implique que l’on doit savoir exactement la quantité nécessaire à consommer afin de ne pas dépasser les doses dangereuses. La racine ainsi que les baies de la mandragore avaient aussi la réputation d’avoir des vertus aphrodisiaques. Cet aspect est confirmé par une légende qui dit que la mandragore naît du sperme d’un pendu. 

Chez les Grecs, la mandragore était dédiée logiquement à la Déesse Aphrodite, la Déesse de l’amour et de la fécondité. Dans ce contexte aussi elle était considérée comme aphrodisiaque. Il est intéressant de noter au passage que le mot “aphrodisiaque” vient justement du nom de la Déesse Aphrodite lui conférant ainsi le pouvoir de provoquer ou de prolonger les plaisirs de l’amour. Il existe d’ailleurs encore une description détaillée du rituel qui explique qu’il fallait dessiner 3 fois un cercle autour de la plante au moyen d’une épée, ensuite la déraciner avec le visage tourné vers l’Ouest. Pendant ce temps une autre personne devait exécuter une danse de l’amour en invoquant dans un chant bien particulier la force de l’amour qui réside dans la mandragore. On prenait alors la couche externe de la racine qui était broyée afin d’en obtenir un jus. Ce jus mélangé avec de l’huile rosat et du vin avait la réputation de guérir les inflammations des articulations et les douleurs des yeux. Dessiner un cercle, connecte la plante au pouvoir du soleil et à la magie qui réside à l’intérieur d’un cercle; le chiffre 3 indique que l’on cherche à activer le pouvoir de la plante. L’épée est ici à prendre comme un symbole phallique, tandis que le visage tourné vers l’Ouest est censé connecter avec le monde des Esprits et les forces chtoniennes. On peut constater avec l'exemple de ce rite, à quel point tout est connecté au niveau symbolique: tous les détails tournent autour de l'idée de fécondité et de magie curative ancienne. 

Durant le moyen-âge, le christianisme tenta bien-sûr d’en faire une plante du diable, car l’objectif comme toujours était de diaboliser et de mettre un tabou sur tout ce qui était d’origine païenne, surtout sur tout ce qui ne pouvait pas être intégré dans le magma judéo-chrétien. Heureusement les “sorcières” du moyen-âge chrétien ont pu très souvent conserver l’aspect original du symbolisme de la mandragore en l’associant à la fécondité, à l’amour, et aux mystères du monde des Esprits. 

Hathuwolf Harson

Sources: 

“Dictionnaire des symboles”, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant

http://www.cnrtl.fr/definition/mandragore

http://de.wikipedia.org/wiki/Alraune_(Kulturgeschichte)

http://www.etymonline.com/index.php?allowed_in_frame=0&search=mandrake&searchmode=none