Le Laurier

Le Laurier un très vieux symbole païen... Voyage aux racines de ses mystères

L'image classique de la couronne de lauriers est bien connue. Mais nous allons voir que le symbolisme de cette plante remonte très loin dans le temps, ce qui va nous plonger au plus profond de sa signification, et nous permettre de mieux saisir toute l'éthique qui se cache derrière. 

 

Au niveau symbolique, le laurier appartient à la grande famille des plantes toujours vertes, c'est à dire qu'elles ne perdent pas leur feuillage en hiver, celles que les anglo-saxons nomment les "ever green". Dans le monde nordique le même symbolisme jaillit d'un arbre que nous chérissons chaque année à la période de Noël: le sapin. Ces plantes qui semblent ne pas "mourir" en hiver avaient pour nos ancêtres païens une haute valeur sacrée, une valeur divine. Elles étaient l'image parfaite de la vie qui continue malgré la mort hivernale, cette période où tout paraît mourir pour ensuite renaître au printemps. Derrière tout ça se cache encore une fois l'ancienne conception religieuse des cycles. Les cycles solaires et les cycles lunaires accompagnent dans son mouvement vital la grande roue du destin. 

 

Le laurier qui ne meurt pas en hiver est donc une plante d'immortalité. Il connecte directement avec le monde des Immortels, les Dieux. C'est vers l'ancienne Grèce que nous allons voyager pour mieux comprendre ses lointaines racines symboliques et magiques. Le célèbre temple de Delphes au pied du mont Parnasse était dans l'antiquité le temple dédié au Dieu solaire Apollon. Les anciens mythes expliquent qu'à l'origine des temps, bien avant qu'Apollon en devienne le maître, cet endroit était déjà sacré car il était dédié au culte d'un ancien Dieu figuré par un serpent géant. Python était le nom de ce Dieu-Serpent. Le symbolisme du serpent nous renvoie à d'anciens cultes issus très certainement du plus profond du néolitique, des cultes liés aux principes de fécondité ainsi qu'aux mystères des cylces lunaires et des mutations toujours renouvelées qu'ils génèrent. Ces mutations étaient particulièrement bien représentées par les mues périodiques du serpent. Ce lieu de culte à Python était sous la responsabilité d'une haute prêtresse que l'on appelait pythie. Elle était surtout connue pour être une prophétesse, ayant le pouvoir de parcourir les couloirs du temps, et de prédire le futur. Le culte à Python prit fin avec l'arrivée des Indo-Européens car il fut intégré à leur propre tradition. C'est le Dieu Apollon qui d'une flèche, tel un rayon fulgurant du soleil, tua le grand serpent. Les forces solaires ont ainsi été victorieuses des forces obscures surgies des entrailles de la Terre. On retrouve là le symbolisme du "toujours vert", la lumière a vaincu l'obscurité hivernale. Cette conception cyclique restera d'ailleurs fondamentale au temple de Delphes, car chaque année pendant la période hivernale, le Dieu Apollon retourne se ressourcer au pays des Hyperboréens dans le grand nord. Pendant cette période c'est le Dieu Dionysos, Dieu chtonien de la fertilité et fécondité, qui reçoit tous les honneurs. 

À partir de la victoire d'Apollon, Delphes devint un temple dédié à la gloire de ce Dieu solaire. La pythie ne fut pas chassé ou tuée pour autant, ceci serait plus tard la méthode pratiquée à grande échelle par le sinistre christianisme. Elle conserva tous les honneurs et put continuer à célébrer ses rites et à pratiquer la prophétie. La pythie et ses prophéties étaient d'ailleurs célèbres dans tout le monde antique, et l'on venait des quatre coins des nations pour consulter les paroles de la prophétesse. À ce stade de notre voyage, certains se demanderont peut-être: mais les lauriers dans tout ça?? La réponse est la suivante: avant chaque transe rituelle de la prophétesse, il fallait brûler des feuilles de lauriers afin de célébrer la victoire d'Apollon. On honorait ainsi le Dieu, ce qui permettait une meilleure connection avec la dimension divine, le monde des Dieux et leur sagesse. Voilà donc pourquoi le laurier, dont le nom courant encore de nos jours est "laurier d'Apollon", est associé à la victoire. Les lauriers de la victoire sont ceux du Dieu solaire Apollon qui a vaincu le serpent Python. 

 

Régulièrement au temple de Delphes se célébraient en l'honneur d'Apollon des jeux qui se nommaient "les pythiques". Ces jeux pythiques, étaient après ceux d'Olympie, les plus importants de toute la Grèce antique. Le poète grec Pindare au 5è siècle avant notre ère, écrivit un recueil de 12 odes en l'honneur des vainqueurs des jeux pythiques. Tout le symbolisme du laurier se cache dans ces odes. LA VICTOIRE, L'IMMORTALITÉ, LA GLOIRE, L'HÉROÏSME, sont les concepts sacrés liés au laurier. C'est donc exactement cette éthique guerrière qui honore ceux qui ont l'honneur de pouvoir porter une couronne de laurier. Seul un lutteur, un combattant victorieux peut porter fièrement cette couronne, car tout comme Apollon, il est consacré par l'immortalité née de la gloire de son courage et de son héroïsme triomphant. 

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

Wikipedia Laurier Symbolique

Wikipedia Delphes

Wikipedia Pythiques

Dictionnaire des Symboles, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant

 

Mercredi 28 Juin 2017

Pour partager l'article