Le Charme des 9 Herbes

Une invocation Anglo-Saxonne à Wodan et une recette magique...

Issu de la tradition germanique païenne, le “charme des 9 herbes” nous a été livré grâce à un manuscrit anglo-saxon daté aux alentours du 9è ou 10è siècle de l’ère vulgaire. Ce charme nous parle de magie médicinale avec l’utilisation de 9 plantes que nous allons voir en détails. Malgré une légère touche chrétienne, le charme est complètement d’origine païenne. C’est un de ces rares témoignages de la tradition germanique qui nous soit parvenu presque intact jusqu’à nos jours. Le charme se décompose en trois parties. La 1è est une invocation à chaque plante, la 2è est une invocation au Dieu Woden (Wodan / Óðin) qui nous parle d’un rite magique, et la 3è partie est une introduction à la recette en soi. Voici donc pour commencer ce charme en langue anglo-saxonne (vieil anglais) et la traduction en français par mes soins (traduction que je fais à partir de l’allemand et de l’anglais modernes). Sur la photo les plantes sont numérotées de 1 à 9. Nous verrons ensuite les plantes une par une.

“Gemyne ðu, mucgwyrt, hwæt þu ameldodest,

hwæt þu renadest æt Regenmelde.

Una þu hattest, yldost wyrta.

ðu miht wið III and wið XXX,

þu miht wiþ attre and wið onflyge,

þu miht wiþ þam laþan ðe geond lond færð.

Souviens-toi armoise ce que tu as révélé,

Ce que tu as établi lors de la grande révélation.

On te nomme Una [qui appartient à la Divinité des origines], la plus ancienne des herbes.

Tu as le pouvoir contre 3 et contre 30,

Tu as le pouvoir contre le poison et contre la contagion [le poison qui vole],

Tu as le pouvoir contre le malheur qui traverse le pays.

Ond þu, wegbrade, wyrta modor,

eastan openo, innan mihtigu;

ofer ðe crætu curran, ofer ðe cwene reodan,

ofer ðe bryde bryodedon, ofer þe fearras fnærdon.

Eallum þu þon wiðstode and wiðstunedest;

swa ðu wiðstonde attre and onflyge

and þæm laðan þe geond lond fereð.

Et toi le grand plantain, mère des herbes,

Ouvert vers l’Est, puissant à l’intérieur;

Sur toi gémissent les chariots, sur toi chevauchent les femmes,

Sur toi pleurent les femmes mariées, sur toi halètent les taureaux.

Tu as résisté contre tous, et tu t’es opposé;

De la même manière oppose-toi au poison et à la contagion

Et au malheur qui traverse le pays.

Stune hætte þeos wyrt, heo on stane geweox;

stond heo wið attre, stunað heo wærce.

Stiðe heo hatte, wiðstunað heo attre,

wreceð heo wraðan, weorpeð ut attor.

þis is seo wyrt seo wiþ wyrm gefeaht,

þeos mæg wið attre, heo mæg wið onflyge,

heo mæg wið ðam laþan ðe geond lond fereþ.

Fleoh þu nu, attorlaðe, seo læsse ða maran,

seo mare þa læssan, oððæt him beigra bot sy.

Stune [cresson de fontaine] s’appelle cette herbe qui grandit sur la pierre;

Elle est contre le poison, elle s’oppose à la douleur.

Stiðe [“fort”, l’ortie] elle s’appelle, elle s’oppose au poison,

Elle chasse l’ennemi, et rejette le poison.

Ceci est l’herbe qui lutta contre le serpent,

Celle-ci a le pouvoir contre le poison, et le pouvoir contre la contagion,

Et le pouvoir contre le malheur qui traverse le pays.

Chasse à présent, attorlaðe [bétoine], toi la petite herbe, le grand poison,

Toi la grande herbe, le petit poison, jusqu’à ce qu’il soit guéri des deux.

Gemyne þu, mægðe, hwæt þu ameldodest,

hwæt ðu geændadest æt Alorforda;

þæt næfre for gefloge feorh ne gesealde

syþðan him mon mægðan to mete gegyrede.

Souviens-toi Mægðe [camomille] ce que tu as révélé,

Ce que tu as accompli à Alorford;

Que jamais personne ne devrait perdre la vie en raison d’une contagion,

Après qu’on lui ait préparé de la camomille pour son repas.

þis is seo wyrt ðe wergulu hatte;

ðas onsænde seolh ofer sæs hrygc

ondan attres oþres to bote.

ðas VIIII magon wið nygon attrum.

Ceci est l’herbe qui s’appelle wergulu [pomme sauvage];

Le phoque l’envoya au-delà du dos de la mer

En aide contre la malice d’un autre poison.

Ces 9 ont le pouvoir contre 9 poisons.

Wyrm com snican, toslat he man;

ða genam Woden VIIII wuldortanas,

sloh ða þa næddran, þæt heo on VIIII tofleah.

þær geændade æppel and attor,

þæt heo næfre ne wolde on hus bugan.

Un serpent vint en rampant, déchiqueta un homme;

Alors Woden [Wodan / Óðin] prit 9 branches glorieuses,

Frappa alors la vipère qui se brisa en 9 [morceaux].

Là, la pomme parla contre le poison,

De telle façon qu’elle ne voulut plus jamais pénétrer dans la maison.

Fille and finule, felamihtigu twa,

þa wyrte gesceop witig drihten,

halig on heofonum, þa he hongode;

sette and sænde on VII worulde

earmum and eadigum eallum to bote.

Stond heo wið wærce, stunað heo wið attre,

seo mæg wið III and wið XXX,

wið feondes hond and wið færbregde,

wið malscrunge manra wihta.

Cerfeuil et fenouil, deux très puissants,

Ces herbes créa le sage seigneur,

Le saint dans le ciel, lorsqu’il était pendu [Woden pendu à l’arbre cosmique];

Il les plaça et les envoya dans 7 mondes

Aux pauvres et aux riches, un remède pour tous.

Elles sont contre la douleur et s’opposent au poison,

Elles ont le pouvoir contre 3 et contre 30,

Contre la main de l’ennemi et contre les agissements funestes,

Et contre l’enchantement de viles créatures.

Nu magon þas VIIII wyrta wið nygon wuldorgeflogenum,

wið VIIII attrum and wið nygon onflygnum,

wið ðy readan attre, wið ðy runlan attre,

wið ðy hwitan attre, wið ðy wedenan attre,

wið ðy geolwan attre, wið ðy grenan attre,

wið ðy wonnan attre, wið ðy wedenan attre,

wið ðy brunan attre, wið ðy basewan attre,

wið wyrmgeblæd, wið wætergeblæd,

wið þorngeblæd, wið þystelgeblæd,

wið ysgeblæd, wið attorgeblæd,

Maintenant ces 9 herbes ont le pouvoir contre 9 mauvais esprits,

Contre 9 poisons et contre 9 maladies contagieuses,

Contre le poison rouge, contre le poison puant,

Contre le poison blanc, contre le poison bleu-clair,

Contre le poison jaune, contre le poison vert,

Contre le poison pale, contre le poison bleu,

Contre le poison brun, contre le poison pourpre,

Contre les plaies de serpent, contre les plaies de l’eau,

Contre les plaies des épines, contre les plaies des orties,

Contre les plaies de la glace, contre les plaies du poison,

gif ænig attor cume eastan fleogan

oððe ænig norðan cume

oððe ænig westan ofer werðeode.

Crist stod ofer adle ængan cundes.

Si un quelconque poison vient en volant de l’Est [contagion]

Ou si un autre vient du Nord

Ou si un autre vient de l’Ouest sur l’humanité

Christ est plus fort que toute maladie.

Ic ana wat ea rinnende

þær þa nygon nædran nean behealdað;

motan ealle weoda nu wyrtum aspringan,

sæs toslupan, eal sealt wæter,

ðonne ic þis attor of ðe geblawe.

Moi seul je connais un cours d’eau

Où 9 vipères surveillent tout près;

Que toutes les herbes bondissent de leurs racines,

Que s’ouvrent les mers et toute l’eau salée,

Lorsque je chasse le poison loin de toi.

Mugcwyrt, wegbrade þe eastan open sy, lombescyrse,

attorlaðan, mageðan, netelan, wudusuræppel, fille and finul,

ealde sapan. Gewyrc ða wyrta to duste, mængc wiþ þa

sapan and wiþ þæs æpples gor. 

Wyrc slypan of wætere and of axsan, genim finol, wyl on þære slyppan and beþe mid æggemongc, þonne he þa sealfe on do, ge ær ge æfter. 

Sing þæt galdor on ælcre þara wyrta, III ær he hy wyrce and on þone æppel ealswa; ond singe þon men in þone muð and in þa earan buta and on ða wunde þæt ilce gealdor, ær he þa sealfe on do. 

Armoise, grand plantain, qui sont ouverts vers l’Est, cresson de fontaine,

bétoine, camomille, ortie, pomme sauvage, cerfeuil et fenouil,

vieux savon. Réduis les herbes en poudre, mélange-les avec le savon et le jus de la pomme. 

Fais une bouillie avec de l’eau, et de la cendre prends du fenouil, cuis-le dans la bouillie et réchauffe-le avec un mélange d’oeuf, applique la pommade, aussi bien avant qu’après. 

Chante ce charme pour chacune des herbes. 3 fois avant de la travailler et de même pour la pomme; et chante ceci dans la bouche de l’homme et dans ses deux oreilles et sur la plaie le même charme, avant d’appliquer la pommade.” 

Voyons donc à présent cette liste des 9 plantes:

1-Artemisia vulgaris (Mucgwyrt) – l’armoise. Cette plante tire son nom de la Déesse gréco-latine Artémis, elle était aussi connue chez les Celtes et les Latins pour protéger les femmes malades. Grâce à Pline l’ancien, on sait que les Romains l’utilisaient pour ses athlètes afin qu’ils courent plus vite et possèdent plus de résistance. On l’appelait également “l’herbe de feu” car dans la tradition germanique, elle était associée au solstice d’été, fête pendant laquelle on la portait comme un chapelet. Elle était censée protéger les yeux et la santé en général durant toute l’année. Le Grand Albert indique que l'armoise possède toutes les vertus : “Celui qui a soin d'avoir toujours sur lui cette herbe ne craint point les mauvais esprits, ni le poison, ni l'eau, ni le feu et rien ne peut lui nuire” . Usage thérapeutique: tonique, fébrifuge, antispasmodique, vermifuge; en infusion, elle régularise les menstruations à la ménopause, et soigne les infections unrinaires. 

2-Plantago maior (wegbrade) – le grand plantain. Propriétés médicinales: dépuratif, diurétique, laxatif, anti-inflammatoire. Depuis l'Antiquité, elle est considérée comme hémostatique à action rapide sur les blessures. De nos jours, elle est vue comme une mauvaise herbe par les agriculteurs. C’est une plante très résistante, ce qui explique son utilisation traditionnelle pour renforcer les défenses. 

3-Cardamine hirsuta (stune) – la cardamine hirsute. Une plante très résistante, utilisée pour renforcer les défenses. On la retrouve de nos jours dans certaines salades. Il pourrait ici aussi s’agir du cresson de fontaine (Nasturtium). Ce dernier est aphrodisiaque et permet aussi de retrouver l’appétit. Des écrits anciens révèlent que depuis la plus haute Antiquité, les hommes ont reconnu les qualités alimentaires et pharmaceutiques du cresson appelé alors “santé du corps” grâce à sa richesse en vitamines et oligo-éléments. Ils lui attribuaient des vertus magiques et le faisaient entrer dans la préparation de philtres. Xénophon raconte que lorsque les jeunes Perses allaient à la chasse, ils se contentaient d’eau et de pain assaisonné de cresson.

Le cresson de fontaine était réputé chez les Romains qui en mangeaient de grandes quantités, notamment parce qu’ils croyaient que cette plante pouvait prévenir la calvitie et qu’elle stimulait l’activité de l’esprit. Les Grecs affirmaient que le cresson pouvait “redonner raison aux esprits dérangés” et atténuer les effets de l’ivresse. Dioscoride, au Ier siècle, lui trouve des vertus aphrodisiaques et, au Moyen Âge, on pense qu’il agit comme antidote des philtres.

Au Moyen Âge, il faisait partie des plantes potagères recommandées dans le Capitulaire De Villis, rentrant notamment dans la confection des soupes campagnardes. Satisfait d’une salade de cresson que les habitants de Vernon lui avaient offerte, saint Louis leur accorda de le faire figurer dans leurs armoiries.

En Grande-Bretagne, selon la croyance populaire, une jeune fille qui, le 24 mars, sème une ligne de cresson et une ligne de laitue, peut connaître le caractère de son futur mari : il sera doux et conciliant si la laitue pousse en premier, mais si c’est le cresson, il sera exigeant et parfois violent.

4-Urtica dioica et Urtica urens (stiðe) – la petite et la grande ortie. Autrefois considérée comme magique, ses propriétés thérapeutiques sont: réminéralisante, hémostatique, dépurative, et diurétique. Elle était également considérée comme une plante magique, qui permettait de détourner un sort ou de le retourner à son envoyeur lorsqu'elle était portée sur soi. En Grèce, Dioscoride (Ier siècle) prescrivait l’utilisation de feuilles fraiches pour les métrorragies, les blessures infectées et l’application de son jus pour les saignements de nez. 

5-Stachys betonica (Attorlaðe) – Épiaire officinale ou Bétoine. Elle fut très utilisée dans l’antiquité comme plante médicinale. Elle aide en cas de problèmes respiratoires et de digestion; elle soulage aussi différentes douleurs. Dans la tradition germanique, on la portait avec de la laine rouge autour du poignet ou bien autour du cou. Elle protégeait ainsi contre les mauvais esprits. 

6-Anthemis cutula (Mægðe) – Camomille. Porpriétés médicinales: anti-inflammatoire, spasmolytique, antibactérien, sédatif. En infusion, elle est efficace contre les problèmes de digestion. Connue depuis la haute antiquité, elle fut également très en vogue durant tout le moyen âge. 

7-Pyrus malus (Wergulu) – Pomme sauvage. La pomme a depuis toujours été reconnue comme un fruit essentiel pour la santé. Les anglais ont un fameux dicton qui résume très bien les vertus thérapeutiques de la pomme: “An apple a day keeps the doctor away” (une pomme chaque jour maintient le docteur au loin). Selon les dernières études, la consommation quotidienne de ce fruit permet de réduire les risques de cancer, d’alzheimer, ou de parkinson. Au niveau traditionnel et symbolique, la pomme est le fruit de l’immortalité, celui qu’on retrouve dans le jardin mythique des Hespérides. Pour plus de détails sur l’aspect symbolique de la pomme, voir mon article=>https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.319588084846673.1073741851.230064080465741/288627267942755/?type=3&theater

8-Anthriscus cerefolium (Fille) – le cerfeuil. Propriétés thérapeutiques en décoction: diurétique et dépuratif. Le masque au cerfeuil purifie et adoucit la peau. Un cataplasme appliqué sur les paupières fermées rafraîchit les yeux fatigués.

Le suc frais serait utilisé avec du souci, pour traiter les ulcères.

Les sommités fleuries et semences en décoction peuvent être utilisées en bains de siège pour les hémorroïdes, en cataplasme tiède pour les douleurs rhumatismales. 

Le cerfeuil présente un taux record de fer et de calcium, ce qui en fait un aliment de choix pour prévenir l’anémie. 

Originaire du Moyen Orient, du Sud de la Russie et du Caucase, il est connu des anciens (comme Dioscoride et Pline) pour des utilisations culinaires. Le cerfeuil a certainement été introduit en Occident par les Romains. 

Reconnu par l'école de Salerne au Moyen Age pour ses vertus médicinales (contre cancer, estomacs paresseux), le cerfeuil était jadis fortement consommé à Pâques. 

Les Romains pensaient qu'il pouvait purifier le sang, favoriser la digestion, et fortifier le corps.

9-Foeniculum vulgare (Finule) – le fenouil. Il fait partie des plantes dont la culture est recommandée dans les domaines royaux par Charlemagne dans le capitulaire De Villis (fin du VIIIeou début du IXe siècle). Jadis, le Foeniculum vulgare, était considéré comme une plante magique associée à la magie blanche mais également aphrodisiaque.

Dans la Grèce antique le fenouil sauvage était associé à la claire vision. Dans la civilisation romaine, c'était la plante sacrée du Dieu Bacchus. Un grand pied de fenouil, représentant un symbole phallique, fut son emblème durant les bacchanales. 

Propriétés médicinales: carminatif, galactogène, diurétique, emménagogue, expectorant, antispasmodique. Le Fenouil est une plante très utilisée en phytothérapie. C'est une des quatre semences chaudes des anciens, répertoriée ainsi à cause de son importante action carminative et eupeptique. On l'utilise donc en cas d'aérophagie, ballonnement,digestion difficile, nausée, maux d'estomac...

Les fruits amers servent comme expectorants dans des tisanes ou des sirops antitussifs, ou comme décontractants ou carminatifs dans différents médicaments.

À haute dose, le fenouil entraîne convulsions et abattement.

Voyons enfin quelques détails symboliques contenus dans ce charme des 9 herbes. 

+Il est dit à deux reprises que l’herbe a “le pouvoir contre 3 et contre 30”. Cette formule cherche à englober tous les multiples du 3 (3x10). Ce chiffre 3 a été utilisé dans toutes les traditions païennes pour activer un sort, un charme, ou toute formule magique. Invoquer 3 fois quelque chose, c’est lui donner vie. Pour plus de détails concernant le chiffre 3, voir mon article=> https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.305926009546214.1073741844.230064080465741/537377113067768/?type=3&theater

+Le grand plantain “est ouvert vers l’Est”. La valeur symbolique de l’Est, tout comme le soleil à l’aube, correspond aux forces naissantes et croissantes. 

+” Sur toi gémissent les chariots, sur toi chevauchent les femmes, sur toi pleurent les femmes mariées, sur toi halètent les taureaux “. Ce passage est intéressant car il s’y cache des runes. Sans l’explication runique, cette partie du charme resterait complètement obscure. Les chariots qui gémissent font référence à la rune Raido (voir lien à la fin). Les femmes qui chevauchent ont un lien avec l’aspect féminin de la rune du cheval – Ehwaz (voir lien à la fin). Les femmes mariées sont à mettre en rapport avec la rune Berkana (voir lien à la fin). Tandis que les taureaux ont un parallèle évident avec la rune Uruz (voir lien à la fin). 

+”Ces 9 ont le pouvoir contre 9 poisons”. Ici c’est la symbolique du chiffre 9 qui entre en vigueur. Le 9 figure le début d’un nouveau cycle (voir liens à la fin). 

+”Un serpent vint en rampant, déchiqueta un homme; alors Woden [Wodan / Óðin] prit 9 branches glorieuses, frappa alors la vipère qui se brisa en 9 [morceaux].Là, la pomme parla contre le poison, de telle façon qu’elle ne voulut plus jamais pénétrer dans la maison.“ Ceci est la 2è partie du charme qui est l’invocation mythique au Dieu Wodan (Óðin). Le serpent représente ici les forces chtoniennes dans leur aspect obscur, Pour la symbolique du serpent, voir lien à la fin. 

Wodan qui prend 9 branches glorieuses fait très certainement référence aux “staves”, aux baguettes runiques, élément habituel dans la magie employée par le Dieu Wodan. Le serpent qui se brise en 9 morceaux est lui aussi une invocation au pouvoir du chiffre 9, un cycle nouveau et régénérateur. La pomme quant-à elle, comme nous l’avons vu plus haut, est le fruit de l’immortalité, elle est donc toute puissante contre le poison qui est symboliquement l’outil de la mortalité. 

Au-delà de l’aspect purement rituel, ce charme des 9 herbes présente ainsi un intérêt sans équivoque, car il nous introduit dans le monde magique et mystique de la tradition païenne des anciens Germains.

Hathuwolf Harson

Liens:

https://de.wikipedia.org/wiki/Nine_Herbs_Charm

http://www.odins-gift.com/pclass/nineherbs.htm

http://www.galdorcraeft.de/zs_9kraut_ueb.htm

http://www.heorot.dk/woden-9herbs-i.html

https://en.wikipedia.org/wiki/Nine_Herbs_Charm

http://www.odins-gift.com/pclass/nineherbs.htm

http://www.pagannews.com/cgi-bin/articles1.pl?60

Anglosaxon charms: http://northvegr.org/misc%20primary%20sources/anglo-saxon%20metrical%20charms/index.html

La rune Raido: https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.300053296800152.1073741833.230064080465741/304434263028722/?type=3&theater

La rune Ehwaz: https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.300053296800152.1073741833.230064080465741/370706133068201/?type=3&theater

La rune Berkana: https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.300053296800152.1073741833.230064080465741/364619353676879/?type=3&theater

La rune Uruz: https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.300053296800152.1073741833.230064080465741/301065820032233/?type=3&theater

Le chiffre 9 dans la tradition germano-nordique:https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.306265149512300.1073741847.230064080465741/477789889026491/?type=3&theater

Le chiffre 9 dans la tradition celtique:https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.306259932846155.1073741845.230064080465741/352140808258067/?type=3&theater

Symbolisme du serpent: https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.305428916262590.1073741838.230064080465741/328587323946749/?type=3&theater

Symbolisme du taureau: https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.305428916262590.1073741838.230064080465741/476943912444422/?type=3&theater