Arbre de Noël

Comme nous l’avons vu dans un autre article, le symbolisme de l’arbre de Noël remonte aux époques reculées des Traditions Païennes. Il est un de ces " Toujours Verts" (Ever green), une de ces plantes qui restent vertes en hiver, qui ne sont pas à feuilles caduques. Il est donc à ce titre, un symbole de ce qui ne meurt point, alors que le reste de la nature semble mourir et devra attendre le printemps avant de pouvoir renaître. L’Arbre de Noël est aussi une image de l’Axis Mundi, l’Arbre Cosmique qui est le centre de toute vie, l’axe qui relie les différents mondes entre eux. Attardons-nous ici sur l’histoire de cet Arbre de Noël, car il est clair que pour un païen, l’Arbre est une force sacrée qui vibre en nous, ce qui fit dire à Bismarck "Bäume sind Ahnen", les Arbres sont des Ancêtres. Pour comprendre son histoire, il faut distinguer d’une part l’histoire officielle, celle dont nous avons des références historiques directes, et d’autre part, l’histoire lointaine, celle qui est à l’origine de sa tradition.

Yggdrasil, l'Arbre Cosmique
Yggdrasil, l'Arbre Cosmique

Sapin en Allemagne avec la Pyramide à Bougies
Sapin en Allemagne avec la Pyramide à Bougies

C’est au tournant des 15ème et 16ème siècles que nous avons les mentions écrites les plus anciennes. Elles nous viennent d’Alsace, une terre à forte influence Celtique et surtout Germanique. De là, la coutume de décorer un arbre pour Noël se serait propagée très rapidement vers toute l’Allemagne via des marchands de Nürnberg qui participait à la foire de Straßburg. Cette rapide diffusion repose sur un héritage de l’inconscient collectif, lui-même empli de charges affectives puissantes qui étaient liées à de très anciens rites. 


Irminsul
Irminsul

Et, en effet, non seulement ce culte de l’Arbre Sacré au moment du Solstice d’Hiver remonte au passé Germano-Nordique, mais aussi à toutes les traditions héritées des lointains Ancêtres Indo-Européens. Chez les Germains existait le culte de l’Irminsul et chez les Nordiques celui d’Yggdrasil, l’Arbre Cosmique auquel s’était pendu le Dieu Wotan / Óðin afin d’acquérir la Sagesse et la Connaissance. 

Yggdrasil
Yggdrasil

Nornes au pied d'Yggdrasil
Nornes au pied d'Yggdrasil

Un des surnoms de ce Dieu est d’ailleurs Jólnir, ce qui se traduit par "Celui de Jul, le Père de Noël". Au pied de l’Arbre Cosmique résident les 3 Nornes qui tissent les fils de la destinée des Hommes et des Dieux. 

Nornes à filer au pied d'Yggdrasil
Nornes à filer au pied d'Yggdrasil

Les Ancêtres Germaniques de l’Âge du Bronze ont gravé des Symboles Magiques sur de très nombreuses roches dans le Sud de la Scandinavie. Parmi ces Gravures Rupestres se trouvent souvent des "Arbres du Monde" associés à des Symboles Solaires, ce qui est certainement le souvenir de certains Rites et Mythes associés aux Solstices. En Islande a survécu jusqu’au 18ème siècle la coutume de décorer avec des bougies allumées un sorbier sauvage sacré, et ceci au moment du Solstice d’Hiver. 

Gravures Rupestres Yggdrasil
Gravures Rupestres Yggdrasil
Dieu Telibinus
Dieu Telibinus

Encore plus loin dans notre passé Indo-Européen, il y a 4000 ans, existait chez les Hittites un Mythe associant le Solstice d’Hiver, un Arbre et un Sac. Ce Mythe nous conte la disparition de la Déesse du Soleil, Fille de la Mer et Épouse du Dieu Telibinus, une disparition qui, à dates fixes, provoque le dépérissement du Monde. Les Dieux se mettent alors en quête de la Déesse, mais en vain. Elle est finalement retrouvée grâce à une Abeille et au charme magique de la Déesse Kamrousepas. Le retour de Telibinus et de son Épouse permet alors le retour de la Vie sur Terre. 


On célébrait ainsi durant 6 jours la promesse du retour Cyclique de la Vie, en dressant un Arbre Central auquel on suspendait un sac dans lequel on mettait de la graisse de mouton, de l’orge, des épis de blé, et du raisin. On remplaçait par un nouvel Arbre, celui de l’année antérieure. Ce sac est chargé de symboles liés à l’abondance, la richesse, et la fertilité. Il a survécu jusqu’à nos jours avec la fameuse Hotte du Père Noël. Tandis que la Déesse, qui disparaît puis qui réapparaît, ce n’est autre que le Soleil du Solstice d’Hiver qui, après sa Mort Automnale, revient à la Vie. 

Dans la Rome païenne, durant les Saturnales, les demeures étaient souvent ornées de feuillages et de végétation du type "Toujours vert". Cette coutume fut bien-sûr interdite par l’église chrétienne dès ses premiers siècles d’existence. Tertullien, un des chrétiens les plus haineux contre le paganisme, disait dans son ouvrage "De idolatria" la chose suivante : "Si vous avez renoncé aux Temples, ne faites pas un Temple de votre propre maison." Le terme de "Renoncer" prête à sourire, car on sait que ce renoncement était le résultat d’interdictions virulentes accompagnées de massacres en tous genres. Cette mention des Temples est le souvenir de l’époque où les Arbres y étaient vénérés comme des Êtres Vivants permettant la connexion avec le Monde des Dieux. Ce Culte aux Arbres se retrouve également dans le Monde Celtique. César avait ordonné à ce propos que les Arbres Sacrés d’un bois près de Marseille soient détruits, car ces Arbres étaient entretenus par des Druides locaux qui appelaient à la résistance contre l’envahisseur romain. 

Les Saturnales ou l'hiver,  par Antoine-François CALLET (Français, 1741–1823)
Les Saturnales ou l'hiver, par Antoine-François CALLET (Français, 1741–1823)

Une autre coutume héritée des Indo-Européens, des Aryens dans ce cas, est celle que nous trouvons en Inde. Les textes des Upanishad nous parlent de l’Arbre de Vie. En 1507 au soir de Noël, existait encore la tradition à Calcutta de pendre des lumignons à un Arbre Majestueux représentant l’Arbre Cosmique. Cet Arbre était le plus souvent décoré d’un beau Disque Solaire.

Marché de Noël à Nürnberg
Marché de Noël à Nürnberg

Chez les Germains, le Culte de l’Arbre de Vie au moment du Solstice d’Hiver était fortement ancré dans les mœurs. L’église se fit fort de détruire ces Cultes aux Arbres, ce qui commença au 8ème siècle avec la destruction de l’Irminsul et de la Donar-Eiche. En 1184, le curé de la paroisse d’Ahlen, pays de Münster, fit apporter un Arbre Sacré pour allumer "Le feu du seigneur" durant les festivités de la nativité (Noël). Après 1200, les évêques de Fulda menaçaient encore de peine de mort les Païens qui continuaient à sacrifier aux Arbres sur une montagne près de Nordhausen. Mais ces menaces ne portèrent pas leurs fruits, puisque 2 siècles plus tard, lors de la procession de saint-urbain, on promenait dans les rues de Nürnberg un sapin richement orné. 


Dans la région allemande de Thüringen s’est implantée la coutume du Reifenbaum, un Arbre composé de plusieurs couronnes d’osier et de branches de sapin sur lesquelles on fixe des pommes de pin, des noix, des pains d’épices, et des pommes.
De la Saxe et du Schleswig-Holstein nous vient la pyramide de Noël, un assemblage de disques empilés sur une tige centrale, comportant au sommet une hélice que fait tourner la chaleur dégagée par la flamme des bougies.
Dans la région de la Frise existe aussi le "Weihnachtsbogen, ou Kojeesbaum", une baguette de coudrier recourbée en fer à cheval et décorée avec de la verdure. Au centre se trouve un arbre fait de pâte cuite. La baguette repliée figure la course du soleil, lui-même symbolisé par 4 bougies marquant les points cardinaux de la roue solaire. 

Pyramide de Noël
Pyramide de Noël

Sapin et sa Roue Solaire
Sapin et sa Roue Solaire

Par le biais d’immigrants allemands et de soldats venus de la Hesse, qui furent enrôlés dans les troupes de George V durant la Guerre d’Indépendance, c’est au 18ème siècle que fut introduite aux USA la Tradition de l’Arbre de Noël. L’habitude de dresser un Arbre de Noël sur les places publiques est apparue en 1909 à Pasadena en Californie aux USA et s’est maintenue depuis un peu partout dans le monde. La première description officielle en Angleterre d’un sapin dressé pour Noël, remonte à 1821, année où une personne d’origine allemande de la suite de la Reine Caroline fit dresser un sapin lors d’une fête destinée aux enfants. Huit ans plus tard, on le retrouve à la cour d’Angleterre. Et c’est en 1841 que la reine Victoria inaugure le 1er sapin au Château de Windsor, une époque à laquelle cette tradition avait déjà bien pris racine dans la région de Manchester où résidaient de nombreux immigrés allemands. 

 

Voilà ce que l’on peut dire sur les grandes lignes concernant l’histoire de cet Arbre Ancestral.

 

Que la force magique de l’arbre de Noël vous accompagne donc en ces fêtes sacrées de la grande transition cyclique de l’année… Joyeux Noël et bon solstice à toutes et à tous ! 

Voici quelques images pour le plaisirs des yeux... !

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

 

Lundi 17 Décembre 2018


Le Sapin est un de ces éléments incontournables de la Fête de Noël. Il emplit les foyers et les cœurs des gens d'une chaleur magique qui plonge ses racines au plus profond de notre mémoire collective. Le sapin de Noël tel que nous le connaissons de nos jours remonte au 16ème siècle, il est originaire des pays Germaniques. Les spécialistes s'accordent à dire que ses origines sont bien plus lointaines vu qu'elles remontent aux traditions païennes des anciens Germains. Tout dans le symbolisme du Sapin est d'origine Païenne. Les quelques hurluberlus qui voudraient en faire un symbole chrétien devront nous expliquer si l'on trouve de nombreux Sapins au Moyen-Orient, terre du nazaréen... En Fance, la Coutume du Sapin ne s'est véritablement enracinée qu'après la 2ème guerre mondiale. De nos jours on trouve la Tradition du Sapin de Noël dans de très nombreux pays du monde entier. 

Tout comme l'If, le Houx, et le Gui, le Sapin fait partie de ces plantes "Toujours vertes", les "Ever green". Le Sapin ne meurt pas en hiver, il reste vert alors que les autres plantes perdent leurs feuilles et entrent dans la phase de mort apparente. Le Sapin est donc à ce titre un symbole de la Vie qui perdure au travers de la Mort, de la Vie qui revient de manière cyclique. Il est l'espoir du printemps qui reviendra. Ceci explique d'ailleurs pourquoi la couleur verte est associée à l'espoir. Le Sapin est un symbole d'Immortalité. Après le Solstice d'Hiver auquel il est identifié, la vie reviendra. 

Sapin et décorations de Noël
Sapin et décorations de Noël

If
If

En tant que "Toujours vert" et élément symbolique hivernal, la fonction du Sapin pourrait à l'origine avoir été tenue par un If. Les boules rouges avec lesquelles on décore de nos jours le Sapin pourraient être un souvenir des baies rouges, les fruits de l'If. Ceci ne change rien au symbolisme du Sapin, étant donné que l'If et le Sapin ont les mêmes valeurs symboliques. Dans la Tradition Païenne Germano-Nordique, l'If et le Sapin avaient la réputation de faire fuir les mauvais esprits, les démons de l'hiver, car en tant que "Toujours vert" et symbole d'Immortalité, ils sont ennemis des forces du chaos et de la mort. 


Durant ces moments chaotiques et incertains de la période Solsticiale, le Sapin apporte une certaine stabilité, une fermeté verticale qui permet aux forces de transition cyclique d'établir leur pouvoir sans être dispersées. Le Sapin est à ce titre une image de l'Arbre Cosmique, l'Axe du Monde sur lequel repose les différents mondes. Dans la Tradition Germanique cet Axis Mundi se nomme Irminsul, et dans la Tradition Nordique il est Yggdrasil. Il est le garant de l'Ordre Cosmique des choses. Quant-aux lumières qui décorent le Sapin, elles sont une figuration de la lumière emprisonnée du Soleil Solsticial, une lumière qui ne demande qu'à être libérée et à renaître. 

L'Arbre Cosmique Yggdrasil et ses Mondes
L'Arbre Cosmique Yggdrasil et ses Mondes

Pour partager l'article

Commentaires: 0