Le Sel

Bien plus qu'un condiment...

Le sel que vous employez pour égayer vos repas n’est pas juste un condiment, il est bien plus que cela puisque son symbolisme remonte aux anciennes traditions païennes. Durant l’antiquité, le sel devint rapidement un élément majeur de la société humaine, car à une époque où l’on ne connaissait pas l’instrument magique et moderne qu’est le frigidaire, le sel était le moyen le plus efficace pour conserver les aliments. Il devint ainsi une source de richesse incontestable et une monnaie d’échange pour les clans qui possédaient des mines de sel. Ce fut le cas par exemple pour la société celtique de Hallstatt en Autriche qui devint puissante et riche en grande partie grâce à ses réserves de sel. On pourrait même avancer que la civilisation celtique a connu son grand essor grâce au sel. Plusieurs noms en Autriche ont d’ailleurs conservé le souvenir de ce lien primordial avec le sel: Salzburg (la forteresse du sel), Salzkammergut (la réserve de sel), etc… 

 

Comme conservant alimentaire, le sel possède un symbolisme assez varié: il figure la protection, la purification, et l’incorruptibilité. Il protège de la putréfaction et permet un ralentissement des effets du temps. C’est donc une protection contre l’action rapide des cycles vitaux. C’est le frein au principe cyclique de vie et de mort. Cette même idée de préservation est celle qui relie le sel à la notion de purification. Le sel était ainsi employé entre autres dans de nombreux rites païens où l’on cherchait à purifier un endroit ou un objet sacrés. La purification mène tout logiquement au principe d’incorruptibilité, car ce qui est pur ne doit être ni corrompu ni souillé. Le sel peut ainsi être une bonne image pour une communauté humaine qui cherche à maintenir sa pureté ethnique et culturelle, il est par contre très difficile de l’appliquer à la politique étant donné sa nette tendance à la corruption… 

 

Le sel est extrait de la terre ou bien de la mer. Dans les deux cas, mais surtout dans le premier, le sel est très intimement lié à la grande Déesse, la Terre-Mère. Il était courant dans les rites des différentes traditions païennes d’Europe de faire une offrande de sel à la Terre-Mère. Placé en petits tas près de l’entrée des maisons, sur le bord des puits, aux angles des terrains de lutte, ou sur le sol après les cérémonies funéraires, le sel était un élément important d’un grand nombre de rituels. On demandait par ce biais à la Terre-Mère de protéger et de purifier. En offrant le sel, on partageait en quelque sorte une partie du corps de la terre avec la grande Déesse. 

 

Le sel était aussi un symbole d’hospitalité, car au voyageur ou à l’invité, on avait jadis l’habitude de faire une offrande de pain et de sel. Par cette offrande, on souhaitait que la protection de la Déesse accompagne l’invité. Le symbolisme du sel couvre donc dans ce cas des notions comme celle de l’amitié, de l’hospitalité, et du partage. 

 

Pendant la guerre, les Romains avaient aussi la coutume de rendre infertile les terres de l’ennemi en répandant du sel sur les champs. An niveau symbolique, on pourrait parler ici d’un élément anti-fertilité, une véritable destruction de la richesse et de l’abondance, ce qui nous ramène au côté obscur de la Terre-Mère. Dans la conception cyclique qui lie la Terre à la Vie-Mort-Renaissance, ce genre d’utilisation du sel met en valeur l’aspect létal de la Déesse. 

 

Mais malgré ce dernier aspect sombre, le symbolisme du sel reste avant tout lié à la vie, à sa conservation, et à sa purification.

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

“Dictionnaire des symboles”, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant

 

Mercredi 1 Novembre 2017