La Lune

La Lune
La Lune

La Lune… Avec le Soleil, elle est un des symboles fondamentaux pour toute personne qui veut comprendre l’esprit même des Traditions Païennes. La Lune… si belle, si magique, et tellement changeante ! Comment ne pas se laisser envoûter par sa présence dans un beau ciel étoilé ? Sa force est captivante et ne peut laisser personne indifférent. Il est bien connu que la lune influence les marées et tous les éléments liquides sur Terre. Sachant que le corps de l’être humain est en très grande partie composé de liquides, comment serait-il possible que la Lune n’influence pas les êtres humains ? Son influence est majeure et bien réelle. Elle accompagne nos Ancêtres Païens depuis la plus haute Préhistoire, et nous allons voir que son symbolisme nous plonge au plus profond de nos anciennes Traditions.

Le Soleil
Le Soleil

Le Soleil est masculin et la Lune est un symbole féminin. Et même dans la Tradition Germano-Nordique, où la Lune revêt une apparence masculine, son symbolisme réel est bien féminin. Nos Ancêtres avaient noté depuis le début une similitude entre la Femme et la Lune : la séquence de 28 jours des phases lunaires correspond au cycle de 28 jours des menstruations de la Femme. Ce rapport établit avec évidence un lien profond entre la Lune et la Femme. La Lune est privée de lumière propre, elle est le reflet de celle du Soleil. Elle n’émet pas la lumière, mais la reçoit, tout comme la femme ne féconde pas, mais reçoit la fécondation. La Lune transforme cette lumière solaire pour la transmettre aux Hommes dans l’obscurité de la nuit. La Femme est fécondée, opération sacrée par laquelle elle donne la Vie. 


Par ses phases régulières de transformation, la Lune symbolise la Périodicité, le Renouvellement, et la Croissance. Cet aspect de croissance la relie à la notion de Fécondité, Fertilité, et Abondance, des notions en connexion étroite avec la Terre-Mère qui prodigue les mêmes bienfaits. La Lune avec ses phases croissantes et décroissantes est un reflet des rythmes biologiques, rythmes que l’on peut classer sous le titre de “Vie - Mort - Renaissance”. Elle contrôle la loi du devenir cyclique qui régit toutes les créatures vivantes et certains éléments naturels :

  • Eaux
  • Pluie
  • Végétation
  • Animaux
  • Êtres humains

Sur un plan philosophique, on peut définir la Lune comme maîtresse de l’horizontalité féminine et du Devenir, alors que le Soleil régit la verticalité masculine et l’Être. La Lune est une expression du temps qui passe, élément qui se retrouve dans le fait que les plus anciens Calendriers étaient lunaires. 

Le Calendrier Lunaire de Bodrogkeresztúr vieux de 25 000 ans
Le Calendrier Lunaire de Bodrogkeresztúr vieux de 25 000 ans
Le Calendrier Lunaire de Blanchard vieux de 35 000 ans
Le Calendrier Lunaire de Blanchard vieux de 35 000 ans

La Lune décroissante est une image des forces en déclin, de l’automne et de la vieillesse de la vie, un âge de faiblesse mais aussi de sagesse. Puis, vient la nouvelle Lune, période pendant laquelle la Lune disparaît durant 3 jours, c’est la Mort. Mais c’est une Mort apparente, car elle renaît sous un nouveau jour. La Lune croissante est une figuration des forces vives qui renaissent, elle est cette phase particulièrement liée à la fertilité et à l’abondance. Cette richesse de la vie trouve son apogée et sa plus grande expression dans sa phase de pleine Lune, phase hau-

tement magique pendant laquelle la Lune rayonne de toute sa force, et dont la lumière guide les hommes dans l’obscurité. Ce lien avec la mort et la renaissance fit que la Lune a été souvent mise en relation avec des Divinités chthoniennes comme Perséphone, l’épouse du Dieu Hadès, le Dieu des Morts. Dans cette Tradition Païenne de la culture Gréco-Romaine, la Lune est magnifiquement figurée par la triple Déesse : Séléné (Pleine Lune), Artémis (Lune croissante), et Hécate (Nouvelle Lune). Cette triade lunaire est de nos jours très chère à nos bonnes sorcières, qui la représentent avec une pleine Lune au centre entourée de deux croissants de Lune (Voir sur le bas de la photo).

Triple Déesse
Triple Déesse

Certains Triskels, comme celui de la photo au-dessus de la Triade lunaire, présentant des variations comme ces têtes de serpent, sont aussi à mettre en relation avec la Lune et son principe féminin de Vie - Mort - Renaissance. Même la célèbre Roue solaire comme le Swastika, peut être reliée à la Lune lorsqu’elle est de couleur argentée. L’argent est une couleur symbolique de la Lune, alors que l’or est celle du Soleil. Dans ce cas, les 4 branches représentent les 4 phases lunaires :

  • Nouvelle Lune
  • Croissante
  • Pleine Lune
  • Décroissante

La Lune est également un symbole de la connaissance indirecte, progressive et discursive. Étant “seulement” un reflet de la lumière solaire, la Lune est un miroir de la connaissance, elle est la connaissance théorique, conceptuelle, et rationnelle. Elle rejoint en cela, le symbolisme de la Chouette. La Lune est passive et réceptive, elle est liée à l’eau et au froid hivernal du Nord, opposée au feu du soleil lié à l’été et au Sud. La Lune reçoit le germe de la vie, elle est la vie dans toute son abondance. Tout comme le Graal, elle est la coupe qui reçoit la vie et qui la redonne à son tour. Elle est à ce titre à mettre en relation symbolique avec le Chaudron Sacré du Dieu Dagda de la Tradition Celtique. La Lune offre la vie grâce à la magie de ses eaux primordiales, elle est la rosée de la Terre-Mère. 

Le Chaudron Sacré du Dieu Dagda
Le Chaudron Sacré du Dieu Dagda

Chez les Estoniens et les Finnois, les mariages se célèbrent durant la nouvelle Lune car elle met le couple nouvellement uni en relation avec la fécondité divine. Dans la Tradition Germanique, la Lune est également importante pour la célébration des mariages. Elle l’est aussi pour les déménagements car ses phases changeantes accompagnent celui qui change de résidence. La Lune porte chance et richesse pour toute phase renouvelée, en particulier aux enfants nés durant la Lune croissante. Pour enraciner l’identité du nouveau-né, il était coutume de donner rituellement le nom à l’enfant durant la phase de Lune décroissante. La fertilité des plantes était elle aussi sous l’influence divine de la Lune, car il était de bon usage de semer durant la phase croissante de la Lune. Cette coutume n’est d’ailleurs valable que pour les légumes qui poussent à l’air libre, car ceux qui grandissent sous terre devaient recevoir l’influence de la lune décroissante. En médecine traditionnelle, il était recommandé de traiter une maladie pendant la phase décroissante de la Lune, car par ce lien, on forçait la disparition de la maladie. 

Lune magique !
Puisses tu nous vers la sagesse de nos anciennes Déesses éternelles,
Fais nous entrevoir celle de nos Dieux !

Inonde-nous de tes bienfaits !
Accompagne-nous dans la vie et dans la mort! Sois notre guide dans les ténèbres de la nuit !



Pour partager l'article

Commentaires: 0