L'Obsidienne

Du plus profond des entrailles de notre Terre-Mère, du royaume de Surtr, le Géant du feu, viennent à nous des roches que nous ne trouverions jamais en surface. Ce sont les éruptions volcaniques qui nous offrent la joie de posséder et d’analyser des roches auxquelles nous n’aurions normalement jamais accès. C’est une de ces roches volcaniques que nous allons étudier ici…l’obsidienne. Elle est d’importance pour nos traditions païennes, car elle fut utilisée par nos ancêtres depuis la lointaine époque du paléolithique. Ce n’est qu’avec la fin du néolithique que son usage intensif diminua pour ne devenir plus qu’une amulette. L’obsidienne est une roche en général de couleur noire ou vert foncé. Elle se caractérise par son aspect vitreux et brillant, opaque dans ses parties épaisses, et translucide dans les parties plus fines. C’est une roche dure, 5,5 sur l’échelle de Mohs (la plus dure étant 10 sur cette échelle). Malgré sa dureté, l’obsidienne est en même temps fragile dans ses parties minces car elle peut se briser comme du verre. Une fois polie, elle est encore plus belle, et resplendit d’un noir brillant réellement envoûtant. Une autre de ses propriétés, avec ses bords coupants et affilés, est qu’elle possède le tranchant digne d’un rasoir. De nos jours, l’obsidienne est d’ailleurs réintroduite en chirurgie médicale étant donné que l’obsidienne peut être jusqu’à 10 fois plus tranchant qu’un scalpel conventionnel. 

 

L’obsidienne, riche en silice, est en fait de la lave qui, pour une raison ou autre, a refroidi très rapidement. Lorsque la lave refroidit à grande vitesse, on obtient l’obsidienne. Cette dernière n’est pas considérée comme un minéral vu que c’est une roche, mais de par son aspect vitreux, on la classe quand-même parmi les minéraux comme «minéraloïde». Selon Pline l’Ancien dans l’ancienne Rome, le nom viendrait d’un certain Obsius, personnage qui aurait observé des filons inconnus des Romains à ce moment. L’antiquité connaissait des gisements près des zones volcaniques dans le Sud européen comme en Grèce et en Italie. Les îles Canaries, la Turquie, l’Islande, et l’Arménie sont d’autres lieux où l’on trouve de l’obsidienne en abondance. Au-delà de notre cercle européen, des pays comme le Mexique se sont rendus célèbres pour leurs gisements. Les cultures amérindiennes qui ne connaissaient pas le fer travaillaient de forme abondante cette roche volcanique. Les fameux sacrifices humains des Aztèques par exemple se réalisaient au moyen de poignards en obsidienne. 

 

Et notre Europe préhistorique durant ses âges de pierre l’utilisa également de forme intensive. Nos ancêtres profitaient de sa dureté et de ses tranchants pour en faire des ustensiles et des armes (couteaux, pointes de lance, pointes de flèche). L’obsidienne remplaçait ainsi très souvent le silex. Ce fut un outil parfait et une arme de grande efficacité qui généra des réseaux d’échanges commerciaux très importants pour cette époque reculée. Depuis ses débuts, l’homme ne l’utilisa pas seulement comme outil ou comme arme, mais aussi comme amulette et comme objet sacré pour certains rituels liés au chamanisme de l’époque. Ceci nous mène tout naturellement à nous intéresser à son symbolisme. 

 

L’obsidienne comme arme fit de ce minéraloïde un symbole de défense et d’attaque. Elle donne la vie aussi bien que la mort. Son symbolisme se rapproche beaucoup de celui des pierres de foudre, ces silex qui étaient censés protéger les foyers contre la fureur des Dieux célestes. La lave est vue tantôt comme la chair de Surtr ou tantôt comme le sang de notre Terre-Mère. Venant du magma des profondeurs insondables, l’obsidienne est liée au symbolisme du feu interne, au chaos des Géants du feu grâce auquel se génère le principe sacré des cycles naturels…vie, mort, et renaissance. Comme amulette, l’obsidienne est un réceptacle d’énergies négatives et destructrices, empêchant ainsi que le porteur de l’amulette soit affecté par ces sombres énergies. Elle est à ce titre un véritable bouclier de protection. Elle calme le stress, mais peut également remonter à la surface les causes du stress. Dans les rites chamaniques, elle fut utilisée pour résoudre les désordres physiques et/ou psychiques. L’obsidienne invite à un voyage au plus profond de soi permettant de réaliser le vieil adage du temple de Delphes… «connais-toi toi-même, et tu connaîtras l’univers et les Dieux». 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

  • «Dictionnaire des symboles», Jean Chevalier et Alain Gheerbrant.
  • «Guía de los minerales», Judy Hall

 

Liens :

 

 

Mardi 20 Novembre 2018