La Spirale

Un Message de notre plus lointain Héritage Païen...

La spirale a posé des problèmes aux spécialistes des symboles. Certains ont longtemps voulu y voir un symbole solaire, voire même le signe de l’éclipse solaire. Mais depuis des recherches plus poussées et sur la base d’études comparatives, il a été possible d’affirmer que la spirale est avant tout un symbole lunaire. La spirale est très présente dans toutes les cultures mégalithiques d’Europe, mais également à l’âge du bronze. On la retrouve gravée sur de nombreuses statuettes préhistoriques représentant la Terre-Mère. La spirale est souvent associée aux sources et à leur symbolisme comme source de toute vie. 

 

La spirale représente la croissance et l’expansion de la vie en se rattachant au symbolisme cosmique de la lune, à celui de l’eau comme élément nourricier et fécondant, et à celui des rythmes répétés de la vie. Expansion et contraction sont deux mots qui définissent bien le message caché de la spirale, c'est l'inspiration et l'expiration du souffle vital, celui qui maintient toute chose en vie dans le principe sacré des rythmes cycliques. La lune et ses phases croissantes et décroissantes marque l’allégorie du principe de vie, mort, et renaissance. La coquille de l’escargot n’est pas étrangère au graphisme de ce symbole, car en effet l’escargot, qu’il soit de mer ou de terre, est très intimement lié à l’élément aquatique.

 

Les chrétiens toujours prompts à diaboliser les anciens symboles païens, condamnèrent la spirale comme étant «la corde du diable»… 

 

Un autre symbole qui parfois peut aussi être pris pour un symbole solaire, est celui de la double-spirale qui se nomme également «esse». Tout comme la spirale, elle est un signe cosmique directement liée aux cycles annuels, un hymne aux phases croissantes et décroissantes de la lune. Dans son aspect solaire, la double-spirale fut interprétée comme un signe marquant les équinoxes, ces périodes de transition pendant lesquelles la lumière diurne et la lumière nocturne sont en parfait équilibre. Ce symbole est très présent dans l’art celte et dans celui de la période mégalithique. Là aussi il représente le flux et le reflux cyclique du cosmos. Cette double-spirale rappelle également les deux serpents enroulés autour du caducée symbolisant la polarité et l’équilibre des deux courants cosmiques contraires.

 

Hathuwolf Harson.

 

Jeudi 22 Novembre 2018