Le Phallus

Depuis l'aube de l'humanité, le symbole ithyphallique, le phallus en érection, est l'image de la virilité fécondante, de la force génératrice de vie et du principe actif de l'énergie masculine. Le phallus et sa semence sont une expression de la nature créatrice à laquelle de tous temps il a été rendu un culte très important. Ce symbole de la puissance vitale est commun à toutes les traditions païennes du monde. Il est associé au principe générique de la verticalité pour lequel on retrouve des représentations très diverses comme la colonne, la pierre levée (menhir), l'épée, l'arbre, etc... La verticalité est symboliquement lié à l'aspect masculin, alors que l'horizontalité est lié à l'aspect féminin de l'être. Avec l'arrivée du christianisme et de sa fausse pudeur, ce symbole millénaire fut sévèrement combattu et interdit. 

 

Le phallus fut vénéré de manières variées au travers des diverses cultures polythéistes. En voici quelques unes :

  • Chez les peuples nordiques (Germains septentrionaux) c'est le culte au Dieu Freyr qui témoigne de l'importance de la symbolique liée au pouvoir fécondant du phallus. Il est un Dieu de la famille des Vanir, les Dieux liés au pouvoir tellurique et à la notion de fécondité et fertilité. Il est également fait mention qu'il était coutume de vénérer dans les foyers un pénis de cheval comme rituel de fertilité. La rune Fehu (F) est étroitement associée au culte du Dieu Freyr et au symbolisme de l'abondance.
  • Chez les Germains continentaux, le Dieu Freyr se retrouve sous le nom de Fro / Ing. Des représentations de simples statuettes en bois (Pfahlgötter en allemand) étaient l'image de ce Dieu de la fertilité. Un exemple archéologique est celui des Idoles de Braak.
  • Chez les Celtes, le culte phallique était également très présent tel que le démontre la gigantesque représentation d'un dieu lié à la fertilité et fécondité (sur la photo en haut à droite). Il semblerait que le Dieu Cernunnos ait été conçu entre autres comme un Dieu de la fécondité, ce qui a dû généré des représentations ithyphalliques. En Irlande furent trouvées plusieurs statues avec un orifice au niveau du sexe, élément qui a fait dire aux archéologues qu'on devait très certainement y placer un phallus en érection, ce qui nous place encore une fois dans le cadre d'un Dieu de fécondité. L'époque gallo-romaine a également généré un culte phallique important. Certaines pièces archéologiques témoignent d'ailleurs d'une originalité surprenante comme celle du Priape de Picardie.
  • Chez les Grecs et les Romains, de très nombreuses statues ithyphalliques, diverses amulettes et représentations picturales témoignent de la grande importance du culte au phallus comme symbole générateur de vie. Une très large partie des représentations de la photo sont d'origine romaine. Le phallus joue un rôle important lors de fêtes religieuses comme les Libéralia ou les Bacchanales. Ces fêtes étaient en l'honneur des Dieux romains Liber et Bacchus, eux aussi des Divinités liées à l'abondance et à la fécondité. Chez les Grecs, lors des cérémonies en l'honneur du Dieu Dionysos, avait lieu une importante procession que l'on nommait "phallophories" où défilaient solennellement des porteurs de phallus pendant que la foule chantait des refrains en l'honneur du phallus sacré. Les Grecs et les Romains de l'antiquité vouaient également un culte au Dieu Priape dont la fonction première était la fertilité. Ce Dieu, parfois confondu avec Mercure, était toujours représenté avec une énorme verge. Wikipedia - Priape
  • De plus en Grèce au célèbre temple de Delphes se trouvait un symbole du centre du monde qui s'appelait Omphalos. Le caractère phallique de ce symbole était une des facettes connues de l'omphalos. Wikipedia - Omphalos
  • Dans l'Inde païenne, c'est une pierre dressée, le "lingam", qui est le grand symbole de fertilité et de vie. Cette pierre est étroitement liée au culte du Dieu Shiva. Wikipedia - Lingam
  • Au Japon, le culte au phallus est encore très vivant de nos jours. Chaque année dans la ville de Komaki a lieu une procession où est porté au milieu des rues un gigantesque phallus en bois. Cette fête rituelle existe depuis 1500 ans. Les gens y célèbrent le pouvoir du phallus en espérant ainsi améliorer leur fertilité.
  • Et pour terminer ici, il faut mentionner bien-sûr que toutes les périodes de la haute préhistoire ont connu leurs représentations ithyphalliques. L'archéologie nous en a livré de nombreux exemples, en voici d'ailleurs quelque uns issus du paléolithique

Ainsi, malgré les sourires que provoque de nos jours le symbole du phallus en érection, et malgré l'hypocrisie judéo-chrétienne qui a corrompu ce symbole millénaire, il est bon de se rappeler de temps en temps que pour nos ancêtres païens le symbole ithyphallique revêtait un caractère religieux et sacré.

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

 

Lien :

 

 

Jeudi 22 Novembre 2018