Le Chiffre 7

Bien que le 7 ne soit pas massivement présent dans nos traditions païennes d’Europe à l’instar du 3, du 4 ou du 9, il relève cependant d’une importance que l’on ne devrait point passer sous silence. En Europe, on retrouve une certaine présence symbolique du 7 principalement dans le paganisme Celte et Gréco-Romain. 

 

Tout comme le 9, le 7 symbolise la fin et le commencement d’un nouveau cycle. Mais en quoi le 7 est-il alors différent du 9 ? La réponse est de grand intérêt car elle est le fondement de toute la complémentarité entre les deux chiffres. 

Le 9 est le renouveau cyclique solaire (Masculin), alors que le 7 est le renouveau cyclique lunaire (Féminin). Chaque période lunaire dure 7 nuits et les 4 périodes du cycle lunaire ferment le cycle, ce qui nous donne un cycle lunaire complet, 7x4=28. 

Philon, un architecte grec du 4ème siècle avant l’ère vulgaire, avait relevé à ce propos une autre correspondance entre le 7 et le cycle lunaire de 28 nuits : 


1+2+3+4+5+6+7=28. Dans le cadre du symbolisme lunaire, le 7 indique donc un changement après un cycle accompli et un renouvellement positif. 

 

Le 7 correspond aux 7 planètes connues de l’antiquité. Ce qui symbolise les 7 degrés célestes et 7 les sphères de l’initiation de certains rites au caractère nettement lunaire. Les 7 planètes constituent dans leur ensemble l’aspect complet d’un cycle astrologique.

Dans certaines traditions chamaniques, l’arbre cosmique et sacrificiel possède 7 branches. Le 7 est aussi en connexion avec les 7 couleurs qui composent l’arc-en-ciel, le pont entre le monde des Dieux et celui des hommes. Le 7 est bien-sûr également lié aux 7 jours de la semaine, ce qui encore une fois constitue un cycle complet, celui de la semaine. Les fables de la genèse judéo-chrétienne ont largement exploité ce symbolisme d’ailleurs avec le dieu d’Israël qui créa le monde en 6 jours et se reposa le 7ème. Mais là encore, il existe une différence fondamentale entre les symbolismes païen et monothéiste. Car en effet selon le monothéisme le 7ème jour étant de repos, il représente l’immobilisme, un arrêt dans le temps, alors qu’au contraire, selon le paganisme, le 7 renouvelle un cycle, il met en mouvement, car le mouvement est la vie. 

 


Dans la tradition païenne des Grecs, le 7 se retrouve à plusieurs reprises, exprimant ainsi son importance symbolique. Le 7 est particulièrement caractéristique du culte au Dieu solaire Apollon, ce qui génère au niveau des symboles une relation de complémentarité entre forces solaires et lunaires. Les cérémonies au Dieu Apollon se célébraient le 7ème jour du mois. La lyre d’Apollon possédait 7 cordes. Les Hespérides qui veillent au fabuleux jardin, sont selon les versions au nombre de 7. Il faut aussi mentionner pour la tradition grecque les 7 portes de Thèbes, et les 7 filles et 7 fils de Niobé. Hippocrate disait du 7 qu’il est le nombre qui, "Par ses vertus cachées, maintient dans l’être toutes choses, il dispense vie et mouvement, il influence jusqu’aux êtres célestes."


Dans la Rome païenne, les mystères mithriaques étaient au nombre de 7, tout comme les 7 métaux liés aux 7 planètes, ce qui ici aussi met en relation intime le symbolisme solaire (Mithra) et le symbolisme lunaire (le 7). Le 9 possède un aspect spirituel, tandis que le 7 exprime un aspect lié à la matière. Et puis n’oublions pas non plus que Rome est la ville aux 7 collines sacrées. 


Dans la tradition païenne celtique, le 7 est présent dans des mythes fondamentaux comme celui de Cuchulainn. Le 7 chez les Celtes était en connexion avec une branche importante du culte lunaire, celui de l’Autre Monde et de l’un de ses animaux symboliques, le porc. 

La maison de MacDathó possède 7 portes auxquelles conduisent 7 chemins. Dans cette maison sont installés 7 poêles avec dessus 7 chaudrons de viande de bœuf et de porc. Il y est question d’un porc géant que l’on tue rituellement après l’avoir alimenté avec le meilleur lait durant 7 ans. 

Le père de Kulhwch, 7 ans après la mort de sa première femme, en prend une seconde. 7 ans avant sa naissance, on avait volé tous les cochons du père, et qui, après avoir retrouvé leur trace, les ramena à la maison en 7 troupeaux. 


Medb épouse Ailill et lui donne 7 fils. Plus tard, elle chasse les porcs de Cruachain, événement qui sera suivi d’un conflit ponctué par une paix qui dura 7 ans. 

Cuchulainn, le héros solaire celte, commença à se battre contre Medb dès l’âge de 7 ans. La part du héros pour laquelle il se battra plus tard, se compose d’un verrat de 7 ans. Cuchulainn a 7 pupilles dans chaque œil, 7 doigts à chaque main, et 7 orteils à chaque pied. 

Les 7 fils de Turenn ne peuvent enterrer le père du Dieu Lugh, Cian, qu’au bout de 7 tentatives, et Conchobar meurt 7 ans après avoir été blessé à la tête. Ces quelques exemples de la tradition celtique insulaire démontrent là aussi la relation intime entre héros solaire et forces du cycle lunaire, ces dernières étant sublimées par la présence symbolique du 7. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

Dictionnaire des Symboles

Les Symboles des Celtes

 

Liens :

Symbolisme du Porc

Symbolisme du Chiffre 3

Symbolisme du Chiffre 9

Symbolisme de la Lune

 

Samedi 4 Novembre 2017

Pour partager l'article