Le Chat

Le chat possède une symbolique très profonde dont les origines remontent très loin dans le temps. Nombreuses sont les cultures païennes de par le monde qui ont dans leur panthéon sacré réservé une place de choix au chat. Le chat devint ainsi tout un symbole dont les fonctions divergent parfois d'une tradition à l'autre, mais qui conserva tout de même bien des traits communs. 

 

La réputation première du chat qui s'est conservée de nos jours se caractérise par un aspect double. Il est doux et câlin, tout en étant aussi sauvage et sournois. Cet aspect sournois est en fait une mauvaise interprétation d'un trait de caractère typique de cet animal. Bien que domestiqué depuis 4000, le chat a conservé son indépendance et sa fierté, son instinct de chasseur nocturne a toujours été plus fort que son adaptation à la société humaine. Ceci fut par contre bien compris par l'héraldique qui en fit un symbole d'indépendance et de liberté. 

De nos jours le chat , dans l'image de celui qui attire les caresses, est également vu comme un animal figurant la volupté, la discrétion, l'amour, la sensualité, et même la sexualité. Le terme de "chatte" pour le sexe féminin n'est d'ailleurs pas dû au hasard. Nous allons voir que le symbolisme du chat ne s'arrête pas à l'indépendance et à l'amour, car il va bien au-delà. Le chasseur nocturne qu'il est, fit en effet du chat un animal associé au symbolisme de la lune.

Tout comme la lune, il est mystérieux, errant la nuit comme un esprit en quête de proies. Le chat est à ce titre l'animal qui voyage entre les mondes, le monde des Esprits ne lui est pas étranger. Il devient ainsi souvent un guide dans les voyages que les hommes ou les Dieux effectuent d'un monde à l'autre. Il est à ce titre un véritable animal chamanique. Ceci explique entre autres pourquoi les chats accompagnent parfois les défunts vers l'au-delà, vers le monde des morts. Ce dernier aspect du chat est celui que le moyen-âge chrétien va exploiter de manière négative pour en faire une créature de satan, un animal purement diabolique. Cette version chrétienne associant faussement le chat au mal, est ce qui donnera cette image de la socirère malfaisante accompagnée d'un chat, image qui relève de l'ignorance chrétienne au moyen-âge, mais certainement pas de la véritable symbolique de cet animal sacré pour nos anciennes traditions polythéistes en Europe. 

 

Nous allons voir que le chat est souvent associé à la femme et à la magie, mais ceci dans son aspect véritablement païen, ce qui n'a rien de commun avec l'usurpation chrétienne postérieure qui n'a retenu que l'aspect sombre. Ce que les monothéismes n'ont jamais voulu accepter comme idée, c'est que le dualisme qui oppose obscur et clair, n'est ni sain ni réaliste. Car en effet, selon les sagesses païennes l'obscur et le clair sont les phases d'un même cycle, l'un ne va jamais sans l'autre, et c'est justement l'équilibre de ces forces qui est une bonne chose. Sans nuit il n'y aurait pas de jour, et vice-versa. Le Mal absolu et le Bien absolu opposés l'un à l'autre sont une invention monothéiste surgie dans les déserts du moyen-orient, et qui n'a jamais eu de réalité pour nos anciennes sociétés européennes.

  • Dans la Rome antique, Plutarque explique que les yeux du chat, avec leur dillatation au rythme de la lumière, sont une métaphore de la lune. Ils reflètent les phases de la lune, croissante, pleine, et décroissante. Le chat étant un animal vivant plutôt la nuit, il l'associe logiquement aux autres pouvoirs de la lune comme celui lié à la notion de fécondité. Les Romains vouaient une affection particulière au chat. Ce sont d'ailleurs les Romains qui l'ont adapté comme animal de compagnie en Europe. 

  • Chez les Grecs de l'antiquité, des chats sont représentés avec la Déesse lunaire HÉCATE. Cette Déesse est étroitement associée à la lune et lui doit ainsi le titre de Reine de la nuit. Hécate ensemble avec les Déesses Séléné et Artémis symbolisent justement les trois phases de la lune. Hécate est la Déesse qui accorde la croissance, la fertilité, ainsi que la richesse. Elle est aussi celle qui accompagne les défunts vers le monde des morts, ce qui se retrouve dans son aspect protectrice des voyageurs et des carrefours, ces croisements de chemin qui marquent les changements de route, les modifications du destin. Hécate aide aussi les sage-femmes lors des accouchements, ce qui démontre l'importance de son double aspect Vie-Mort. Elle guide le nouveau-né vers la vie et guide aussi le défunt dans son ultime voyage. Mais cette Déesse était également étroitement liée à la magie, car son nom était associé aux filtres d'amour et de mort, ainsi qu'à de nombreuses incantations. 

  • Chez les Celtes, l'image du chat semble être elle aussi reliée au monde des morts et à la magie. Une certaine symbolique négative s'est apparament particulièrement développée dans les cultures celtes. Vu le contexte tardif de certains textes celtes, il est permis de penser qu'une certaine influence chrétienne ne soit pas à écarter. Ceci expliquerait cette image plutôt négative du chat, où l'on peut constater que les Celtes l'auraient perçu comme un animal aux pouvoirs destructeurs. Les histoires qui illustrent principalement le rôle du chat chez les Celtes sont celles de Cenn Chaitt, de la navigation de Mael-Duin, du portier du Dieu Nuada, de la fête de Bricriu, ou encore celle de Cath Palug. Il faut quand-même préciser que certains auteurs pensent que derrière ces textes parfois tardifs, il faut rechercher la probable relation du chat avec une Déesse, et peut-être même avec la Déesse-Mère, ce qui lui redonnerait son autre aspect, celui qui le relie aux notions d'amour et de fertilité. 

  • Chez les aryens de l'antiquité en Inde, le chat fut associé à la fertilité et à la pluie. Il accompagnait en effet le Dieu de la foudre, le Dieu INDRA, lorsqu'il faisait pleuvoir, générant ainsi la fertilité pour la terre. Bien que l'on connaisse l'aversion du chat pour l'eau, au niveau symbolique cela paraît logique si l'on tient compte de l'association eau-fertilité.

  • Dans la culture germano-nordique, le chat retrouve sa place d'honneur auprès d'une Déesse, la Déesse FREYA. Freya partage plus d'une caractéristique avec la triple Déesse grecque Hécate-Séléné-Artémis. Cette Déesse nordique possède un char tiré par des chats. Ces chats sont souvent représentés avec une taille conséquente, ce qui démontre l'importance du lien entre Freya et les chats. Les fonctions de la Déesse Freya confirment cette importance car on retrouve les mêmes fonctions que pour le chat. En effet, Freya est la Déesse de l'amour sous tous ses aspects (sexuel, sentimental, tendre et obscur à la fois), elle est aussi la Déesse de la fertilité, celle qui reçoit et donne la vie. En plus, elle est également reliée au monde des morts car elle reçoit une partie des héros morts au combat, alors que l'autre partie va au Walhalla du Dieu Odin. Et pour finir, la Déesse Freya est celle qui domine l'art du Seidr, la magie chamanique du nord. C'est elle qui enseigna cet art au Dieu Odin. 

Bien que je n'ai pas de sources pour la tradition slave, je soupçonne que la symbolique du chat recoupe celle trouvée chez les Grecs et les Nordiques. 

 

À la vue de tous ces éléments, il est donc permis d'affirmer que le symbolisme du chat, animal lunaire, est le suivant:

  • Fertilité, croissance.
  • Amour.
  • Indépendance.
  • Guide vers le monde des défunts.
  • Magie de type chamanique.

 

 

 

 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

Jeudi 22 Novembre 2018