L'Oie

En 390 avant l’ère vulgaire, le grand chef guerrier gaulois Brennos tenta de prendre par surprise le capitole de Rome, après que toute la population romaine s’y soit réfugiée. Les Celtes qui pensaient que la victoire continuerait à les accompagner, car le siège du capitole dura 7 longs mois, durent s’affronter à un ennemi inattendu et peu commun. Ce sont des oies qui, par leurs cris, donnèrent l’alerte aux Romains de l’approche de l’ennemi. L’effet surprise tomba à l’eau, les Romains purent repousser les Gaulois. Ces derniers finirent par accepter de se retirer moyennant une rançon. 

Cet épisode historique nous démontre que les oies sur le plan symbolique ne sont pas uniquement des oies. Elles sont plus que cela. Le symbolisme qui se rattache aux oies est même très varié.

Comme nous venons de le voir avec l’épisode du Gaulois Brennos, les oies étaient pour nos ancêtres païens de bons «chiens de garde». Elles protègent de manière vigoureuse leur enclos. Mais au-delà de cet aspect purement pragmatique, les oies connectaient avec deux éléments essentiels, l’air et l’eau, car ce sont des volatiles aquatiques. Les oies sont donc en relation avec l’aspect fécondité (l’eau) et avec l’aspect céleste (les airs). Elles font d’ailleurs la connexion sur le plan vertical entre le monde d’en bas et celui d’en haut, on peut ainsi parler d’une relation chtonienne-ouranienne. C’est pour cela que l’on considérait les oies comme des messagères des Dieux. Elles font le lien entre le monde des hommes et celui des Dieux. 

Par ailleurs, les oies ont un trait de caractère très agressif, élément qui n’a pas échappé aux guerriers des différentes traditions païennes. C’est ainsi que l’on retrouve l’oie comme symbole de guerre. Les Celtes semblent d’ailleurs avoir été ceux qui ont particulièrement retenu cet aspect guerrier de l’oie, bien qu’elles étaient pour eux aussi des messagères de l’autre monde. 

Une autre facette importante de cet oiseau, est celle des oies sauvages. Ces dernières sont connues pour leurs voyages migratoires, des voyages liés aux rythmes cycliques des saisons. Les oies participent ainsi de la symbolique des cycles cosmiques. Elles sont les messagères de ces changements cycliques. 

Hathuwolf Harson

Source :

«Dictionnaire des symboles», Jean Chevalier et Alain Gheerbrant