L'Hirondelle

Printemps, Santé et Amour Renouvelé…

L’hirondelle est le messager du printemps, il est l’oiseau qui anonce la nouvelle saison et marque par là le symbole de l’éternel retour cyclique. Dans de nombreuses traditions païennes, on associait à l’hirondelle des rites de fécondité et fertilité. Plusieurs légendes rapportent la fécondation merveilleuse de jeunes filles par l’ingestion d’oeufs d’hirondelles. Dans la tradition celtique d’Irlande, l’hirondelle est représentée par le nom de Fand, l’épouse du Dieu de la mer Manannan. Tombée amoureuse du héros solaire Cúchulainn, elle l’invite dans l’autre monde où il passe un mois auprès d’elle. Puis, Cúchulainn retourne auprès de sa femme Emer. C’est alors qu’emplie de mélancolie, Fand revient vers son mari, le Dieu de la mer qui était venu la chercher. Ce passage mythique de la tradition celtique est marqué par l’amour, ce qui coïncide parfaitement avec le symbolisme du printemps. L’hirondelle doit en partie son rôle important au fait qu’elle ne se pose jamais sur la terre, ce qui fait d’elle une créature exempte de toute souillure. Cette idée se retrouve dans la tradition celtique d’Irlande où l’un des trois fils de Nechtan Scene du nom de Fandle est tué par Cúchulainn. Ce Fandle était connu pour son extrême légèreté et pour son aptitude à combattre au-dessus de l’eau. 

Dans le symbolisme païen, l’hirondelle est un véritable véhicule dans le mécanisme cyclique de la fécondation de la terre. Cet oiseau est ainsi lié à l’aspect céleste qui vient s’unir à la terre afin de générer son renouvellement. Il était recommandé qu’on ne dérange point l’hirondelle, et encore moins qu’on la tue. Avoir dans sa maison un nid d’hirondelle était considéré comme un puissant signe de chance pour la saison à venir. 

En Suisse il était commun de penser que l’hirondelle protège une telle maison contre la foudre et le feu. Dans la Grèce antique, on faisait des cadeaux à celui qui apportait le premier la nouvelle du retour des hirondelles. Dans la Rome païenne, on croyait qu’à la vue de la première hirondelle, on était protégé contre les douleurs des yeux ou des dents. Ici aussi, il était interdit de la chasser. La tradition germanique a également conservé le souvenir de cette importance liée à l’hirondelle, oú là aussi la vision de la première hirondelle était un signe de grande chance. Dans la région allemande d’Oldenburg, on disait qu’à la vue de la première hirondelle il fallait regarder en arrière par-dessus l’épaule, ce qui permettait de voir les fantômes du cycle passé. En Silésie il était conseillé d’observer le vol des hirondelles en se couchant par terre sur le dos, ce qui permettait durant toute l’année de ne plus souffrir de problèmes de dos. Un peu partout en Allemagne, il était coutume de croire qu’en observant le vol des hirondelles, il fallait creuser avec le pied gauche afin de trouver un morceau de charbon qui protégerait contre la fièvre. En règle générale, tout ce qui était lié à l’hirondelle, était considéré comme ayant des vertus médicinales. Même le nid ou bien les excréments de l’hirondelle étaient censés posséder de telles vertus. Ils pouvaient protéger contre les crampes, les maux de tête, les douleurs de gorge, ou la constipation. Mais la magie médicinale n’etait pas la seule, car celle de l’amour était aussi fortement liée à l’hirondelle. Les jeunes filles avaient ainsi l’habitude de tremper un nid d’hirondelle dans du lait , et de faire boire ce breuvage au jeune homme de son choix afin d’éveiller en lui un amour réciproque, faisant de cette boisson un véritable filtre d’amour. 

Hathuwolf Harson

Sources:

“Kleines Lexikon des Aberglaubens”, Ditte und Giovanni Bandini

“Dictionnaire des symboles”, Jean Chevalier et Alain Gheerbrant