21 Avril - Parilia

Fête de la Déesse Palès... Le "Beltaine" Romain...

Dans la Rome païenne le 21 avril on célébrait Parilia, la fête de la Déesse Palès. Cette Déesse, qui avait un équivalent masculin du même nom chez les Étrusques, était la Divinité des bergers et des troupeaux. La Déesse Palès protégeait les troupeaux tout au long de leur vie. Ils lui étaient consacrés. 

 

À l'aube des Parilia, on versait de l'eau purificatoire sur les brebis. Le sol de l'enclos était balayé, et on déposait des feuillages ainsi que des guirlandes dans les bergeries. L'eau, le balais, les guirlandes, sont autant d'éléments symboliques qui ont un dénominateur commun: le renouveau par la purification. 

 

Durant les Parilia au crépuscule, les bergers allumaient de grands feux autour desquels ils dansaient. Mais la fonction première de ces feux était la fumigation des troupeaux et de leurs gardiens. Avec la fumée de ces feux sacrés en l'honneur de la Déesse, les participants au rite étaient purifiés et protégés. Ils passaient rapidement au travers des épaisses fumées de Palès. Les cendres des veaux sacrifiés lors des Fordicidia du 15 avril étaient conservées durant 6 jours jusqu'aux Parilia du 21 avril, date à laquelle elles devenaient un des ingrédients magiques pour la grande purification des bergers et de leurs troupeaux. Des tiges de fèves dépouillées de leurs fruits étaient un autre ingrédient du rite des Parilia. Le tout était mélangé à du sang de cheval. Le "suffimen", la fumigation purificatoire, représentait la partie importante et centrale de cette fête printanière, élément qui se retrouve de manière très similaire dans le monde celtique durant la fête de Beltaine le 1er Mai. Chez les Celtes le même genre de fumigation purificatoire avait en effet lieu durant une de leurs quatre grandes fêtes du cycle annuel. 

 

L'an 2015 est une date anniversaire car il y a 2000 ans exactement, Ovide écrivit son ouvrage "Les Fastes", oeuvre incontournable pour quiconque veut connaître et comprendre les rites païens de la Rome ancienne. Et voici à présent le texte original d'Ovide qui décrit en l'an 15 de notre ère de manière précise les rites qui entourent la célébration des Parilia. On peut constater à quel point ces rites regorgent d'éléments hautement symboliques. 

 

"La Nuit s'en est allée et l'Aurore se lève : je dois traiter des Parilia et on ne me sollicite pas en vain, si Palès la bienveillante m'aide. Bienveillante Palès, sois propice au chantre de ta fête pastorale, puisque mon devoir est de célébrer tes faits et gestes. Certes, j'ai souvent apporté moi-même, à pleines mains, la cendre de veau et les tiges de fèves, offrandes purificatoires passées au feu. Certes, j'ai sauté trois fois par-dessus des rangs de flammes alignés, et une branche de laurier mouillé m'a aspergé de gouttes d'eau. La déesse, touchée, se montre favorable à ma tâche. Ma barque quitte le port ; de bons vents déjà gonflent mes voiles. 

 

Peuple, va quérir à l'autel de la Vierge une préparation purificatoire. Vesta te la donnera ; grâce à ce présent de Vesta, tu seras pur. Il sera constitué de sang de cheval, de cendre de veau, et d'un troisième élément, de la paille creuse d'une fève dure. Berger, purifie tes brebis repues, lorsque tombe le crépuscule. Avant, tu auras aspergé et balayé la terre à l'aide d'une branche, décoré la bergerie en y fixant des rameaux feuillus, et orné les portes de longues guirlandes. Que de sombres fumées de soufre pur s'élèvent, et que la brebis, sous l'effet du soufre fumant, se mette à bêler. Brûle des branches d'olivier mâle, une torche de pin et des herbes sabines, et que le laurier léché par la flamme crépite au centre du foyer. Apporte ensuite une corbeille de millet et des gâteaux de millet. La Déesse des campagnes apprécie tout spécialement cet aliment. Ajoute un vase de lait et les mets qu'elle aime ; une fois les parts découpées, invoque, avec une offrande de lait tiède, Palès, l'hôtesse des forêts. Dis-lui : "Veille sur le troupeau, et aussi sur les bergers ; repousse le malheur et fais-le fuir loin de mes étables. Si j'ai fait paître dans un lieu saint, si je me suis assis sous un arbre sacré, si une brebis inconsciemment a brouté sur les tombeaux, si j'ai pénétré dans un bois interdit et si mes regards ont fait fuir les nymphes et le dieu à demi bouc, si ma faucille a dépouillé le bois sacré d'une de ses branches, pour offrir une corbeille de feuillage à une brebis malade, accorde ton pardon à ma faute. Ne me reproche pas d'avoir, pendant une forte grêle, abrité mon troupeau dans un sanctuaire rustique. Ne me tiens pas rigueur d'avoir troublé les eaux des étangs : ô Nymphes, pardonnez à la bête dont le sabot a souillé vos eaux. 

 

Toi, Déesse, rends-nous propices les sources et les divinités des fontaines, apaise les dieux disséminés à travers tout le bois sacré. Évite-nous d'apercevoir les Dryades et Diane à son bain, et Faunus, quand, au milieu du jour, il se repose dans les champs. Repousse au loin les maladies ; donne aux hommes de la vigueur, ainsi qu'aux troupeaux et à la foule des chiens, gardiens prévoyants. Que les moutons que je ramène ne soient pas moins nombreux que le matin, et puissé-je ne pas rapporter en gémissant des toisons arrachées au loup. Que l'inique famine reste à l'écart ; qu'affluent herbes et feuillage, et eaux, où nous pourrons nous baigner, nous désaltérer. Que je presse des mamelles pleines, que le fromage rapporte du profit, que le petit-lait s'égoutte à travers l'osier lâchement tressé ; que le bélier se montre ardent et que sa compagne fécondée mette bas, et que les agneaux soient nombreux dans mon étable ; qu'ils produisent une laine qui jamais ne blessera les jeunes filles, une laine souple et faite pour les mains les plus délicates. Puissent mes prières se réaliser et, chaque année, nous ferons de grands gâteaux en l'honneur de Palès, la reine des bergers." C'est par ces mots qu'il faut amadouer la Déesse : tourne-toi vers le Levant, prononce-les trois fois, puis lave-toi les mains dans l'eau vive. Alors tu pourras préparer, en guise de cratère, une écuelle et boire du lait de neige et du vin pourpre. Ensuite, d'un pied leste, avec ardeur, franchis des tas enflammés de paille crépitante."

 

Avant de conclure ici, il faut également rajouter que plus tard, cette date du 21 avril fut choisie par les Romains pour célébrer la naissance de Rome et sa fondation par Romulus au 8ème siècle avant notre ère. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

La Religion Romaine Archaïque

Les Fastes

Wikipedia Parilia

 

Samedi 11 Novembre 2017