15 Mars - Anna Perenna

Fête de la Plèbe...

Dans la Rome païenne se célébrait le 15 mars un sacrifice en l'honneur du Dieu Jupiter, mais c'était surtout la fête d'Anna Perenna qui marquait ce jour. Celle-ci, une vieille femme du bourg de Bovillae, aurait ravitaillé secrètement la plèbe pendant la retraite sur le mont Sacré et, après sa mort, elle aurait été divinisée. À peine promue, elle aurait baffoué le Dieu Mars, amoureux de la Déesse Minerve, dont la fête suit de près le 15 mars. Quelque soit l'origine de cette anecdote, qui avait donné lieu à des comédies populaires, elle semble attester que Mars n'était pas reconnu pour sien par la plèbe, par ailleurs si souvent opposée aux guerres que conduisaient alors les patriciens. Il semblerait que cette fête d'Anna Perenna fut instituée par une partie du peuple juste pour contrecarrer celle du Dieu Mars célébrée la veille. Cette opposition entre les deux fêtes reflète les différences religieuses, sociales, et ethiques qui existaient entre la plèbe et les patriciens. La plèbe rejette en quelque sorte les Dieux souverains indo-européens comme Mars pour s'adonner à des Divinités moins aristocratiques comme celles qui sont issues des traditions antérieures aux Indo-Européens. On reconnaît là l'éternelle confrontation entre deux conceptions assez éloignées l'une de l'autre: d'une part la plèbe et ses aspirations égalitaristes, et d'autre part les patriciens et leur fidélité aux principes aristocratiques de leurs ancêtres Indo-Européens. 

 

Le nom d'Anna Perenna ne semble pas si "humain" que ça, étant donné que le mot Perenna pourrait faire allusion à un des aspects de la Déesse-Mère, celui de la constance, notion que l'on retrouve dans le mot français "la pérennité". Le peuple en a fait une Déesse du cercle des cycles annuels, ce qui expliquerait l'étymologie possible de son nom: "per annum", claire allusion aux cycles annuels. Anna Perenna marquait ainsi l'accomplissement heureux de tout un cycle. 

 

Quant-aux coutumes de cette fête d'Anna Perenna, elles nous sont connues grâce à l'auteur latin Ovide. Bien que reconnue par les autorités romaines, la célébration d'Anna Perenna relevait plus de réjouissances que d'une fête purement païenne et civique. Le 15 mars, la foule (plebs) affluait près du Tibre, s'installait sur les prés soit en plein soleil, soit sous des tentes de fortune, soit sous des tonnelles de feuillage. On buvait alors en grandes quantités. On demandait à la Déesse autant d'années de vie que de coupes vidées. Comme le dit Ovide, la beuverie prenait de telles dimensions, que plus d'un aurait dû devenir immortel si cela dépendait de leurs rasades. Ensuite il était coutume de chanter des airs de théâtre en gesticulant énormément. Pour finir les gens dansaient sans retenue aucune. Le soir venu, les participants rentraient chez eux tant bien que mal en titubant allègrement. Les passants confrontés à ce spectacle avaient l'habitude de dire à voix haute: "Comme ils sont heureux!". 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources : 

La Religion Romaine Archaïque

Les Fastes

Wikipedia Anna Perenna

 

Samedi 11 Novembre 2017