Fêtes d'Héra à Argos

Durant l’antiquité grecque, il existait de nombreuses fêtes et cérémonies en l’honneur de la Déesse Héra. Cette dernière est l’épouse du Dieu souverain Zeus, elle est la garante de l’ordre familial, protectrice des mères et du mariage. Son équivalent romain est Junon, et dans la tradition germano-nordique c’est Frigga. L’une de ces fêtes les plus anciennes estcelle qui se déroulait à Argos tous les cinq ans. Cette fête mérite un détour car elle est très riche en symbolisme païen. 

 

Les fêtes en l’honneur d’Héra se nommaient les Heraea, mais il était aussi coutume de les appeler Hecatombaea. Ce dernier terme est très instructif car il fait référence au très grand nombre de bœufs que l’on sacrifiait à la Déesse. Ceci est d’ailleurs l’étymologie même du mot «hécatombe», une étymologie païenne qui veut dire «sacrifice de 100 bœufs». La fête d’Héra à Argos commençait donc par un tel sacrifice rituel. Le bœuf et la vache se rattachent au symbolisme de l’abondance et de la richesse, ceci dans le cadre du rythme cyclique annuel. C’est exactement ce que l’on retrouve dans la tradition germano-nordique avec la rune Fehu. L’abondance dans un contexte cyclique est justement une des fonctions majeures de la Déesse Héra. Le nom même de la Déesse vient d’une ancienne racine indo-européenne qui signifie l’année, cette racine indo-européenne est *yera, racine qui a formé des mots comme Year en anglais ou Jahr en allemand (l’année). Le nom de la rune germano-nordique Jera relève aussi de cette étymologie. Héraklès partage également cette origine étymologique, nom qui signifie ainsi «celui qui conquiert l’année», ce qui correspond bien au héros solaire chargé de protéger l’ordre cyclique annuel. 

 

Après l’hécatombe, la grande prêtresse qui résidait dans le centre urbain se rendait à l’Heraeon sur un char tiré par des bœufs blancs. Nous venons de voir déjà le symbolisme du bœuf, et quant-à la couleur blanche, c’est celle de la Déesse Héra. Le blanc correspond à la partie diurne de l’année, à la phase croissante de la lumière annuelle. Il faut se souvenir qu’Héra est une Déesse céleste et non une Déesse chtonienne liée à la Terre-Mère et au monde souterrain obscur. Toute la population suivait la grande prêtresse formant une procession religieuse, et notamment les hommes aptes au service militaire qui défilaient en armes. Des jeux à caractère guerrier avaient ensuite lieu. L’un d’eux consistait en un lancer de javelot contre un bouclier attaché à une lance fichée en terre. L’exercice rituel était exécuté par des cavaliers lancés à pleine vitesse. Celui qui renversait le bouclier était proclamé vainqueur. La procession des hommes en armes marquait en fait le rite d’ouverture de la saison guerrière. La course des cavaliers symbolise, elle, la conquête de l’année, année figurée par le bouclier comme roue solaire. Cette conquête de l’année représente le héros solaire qui est le garant de l’ordre cyclique annuel. C’est un processus d’héroïsation solaire commun à toutes les traditions d’origine indo-européenne, Héraklès chez les Grecs, Hercule chez les Romains, Cuchulainn chez les Celtes irlandais, Siegfried chez les Germains, Sigurðr chez les Nordiques, etc… 

Ensuite se célébraient des concours plus pacifiques où femmes et filles tenaient le devant de la scène. Elles s’ornaient de couronnes de myrte comme symbole féminin protecteur du mariage. Abondance, ordre familial, fécondité et fertilité se cachent encore une fois derrière ces rites, ce qui correspond complètement au profil divin d’Héra. Le mariage du point de vue symbolique ne se limite pas ici au mariage humain, mais englobe également celui des Dieux, en particulier celui qui célèbre l’union du Père-Ciel et de la Grande Déesse. 

Les fêtes d’Héra à Égine et à Sparte sont une réplique exacte de celles d’Argos. Elles nous permettent de mieux comprendre les rites païens liés au concept sacré des cycles annuels et nous plongent dans la magie de nos lointaines racines religieuses. 

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

  • «La religion cosmique des Indo-Européens», Jean Haudry

 

Lien :

  • La Déesse Héra
  • https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.306268396178642.1073741849.230064080465741/292382140900601/?type=3&theater

 

Dimanche 3 Décembre 2017