Laetare

Un Carnaval Wallon

Le christianisme n’a jamais été très ami du carnaval, car bien trop païen à son goût. Ses nombreux interdits ont parfois généré de nouvelles formes de carnaval. Le carnaval wallon de Stavelot dans la province de Liège en est un exemple. 

 

Le 4è dimanche du carême se célèbre depuis 5 siècles le carnaval connu sous le nom de Laetare de Stavelot. Les Blancs Moussis sont les protagonistes de ce carnaval. Ce sont des personnages vêtus de blanc, avec capuche, et portant un long nez rouge. Pluies de confettis, railleries, farandoles, danses, moqueries diverses sont au programme de ces curieux personnages. Armés de vessies de porc gonflées, ils frappent les assistants du cortège. Cet acte n’est certainement pas anodin, car il rappelle sans conteste les Lupercalia romaines où l’on frappait les gens avec des lanières de bouc. C’est un rite de fécondation qui nous remet en mémoire qu’en cette période de l’année, la sève monte dans les arbres et prépare le retour des forces vives du printemps. 

 

L’origine lointaine de cette tradition, comme tout carnaval, remonte aux traditions païennes d’Europe. Mais le point qui nous intéresse ici, est l’histoire de ces Blancs Moussis, une histoire qui voit le jour à la fin du moyen âge. 

Stavelot était alors dirigé par un prince-abbé, un chrétien qui ne voyait pas d’un bon œil que ses religieux participassent aux réjouissances carnavalesques, car toutes les dérisions liées au carnaval étaient un héritage ouvertement païen, ce qui ne pouvait pas plaire à l’église qui a toujours détesté les traditions païennes les qualifiant de diaboliques. La réaction chrétienne ne se fit donc pas attendre…interdiction pour les moines de se mêler au carnaval. Les habitants de Stavelot remuèrent le couteau dans la plaie en se déguisant à leur tour en moines. Burlesques et profondément parodiés, ces faux moines du carnaval ne furent pas non plus du goût des autorités chrétiennes. Une nouvelle interdiction officielle vit le jour. Les faux moines n’étaient plus autorisés, car l’église considérait ceci comme un affront. Les Stavelotains ne se laissèrent pas décourager, ils mirent alors en action leur sens de la créativité. Ils créèrent ainsi le costume des Blancs Moussis qui rappelait évidemment l’habit des moines sans toutefois faire une allusion directe à ces derniers. Ce fut plus discret, et permettait d’échapper à une nouvelle interdiction de l’église. Le blanc s’oppose à la couleur sombre des moines, tout en rappelant symboliquement la pureté (dont les moines n’étaient pas des champions) ainsi que la neige hivernale. Le grand nez rouge quant à lui pourrait être une allusion à la trogne des moines qui abusaient souvent du bon vin. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

  • https://fr.wikipedia.org/wiki/Laetare_de_Stavelot
  • «Les traditions d’Europe», Alain De Benoist / G.R.E.C.E. Traditions nº14

 

Liens :

  • Symbolisme du Carnaval
  • =>https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.303290629809752.1073741834.230064080465741/884941358311340/?
  • Lupercalia
  • => https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.306259932846155.1073741845.230064080465741/461528393985974/?type=3&theater

 

Dimanche 3 Décembre 2017