Fontaine de Vaucluse

Une Ancienne Source Sacrée...

Dans le département français du Vaucluse se trouve un superbe site que j’ai visité il y a 30 ans déjà. C’est le site de Fontaine de Vaucluse. Cette fontaine est un gouffre naturel très impressionnant recevant les eaux souterraines de plusieurs endroits environnants, celles du Mont Ventoux, des monts de Vaucluse, et de la montagne de Lure. Cette résurgence forme la source de la Sorgue. Ce gouffre est un des plus profonds au monde. Il fut plusieurs fois exploré sans que le fond ait pu être atteint de manière certaine. Pour l’instant on estime sa profondeur à 305 mètres. 

 

Sur une partie du fond présumé, ont été trouvées lors de diverses plongées différentes pièces de monnaie, plus de 1600 au total. On y trouva également des bracelets en bronze ainsi que des fibules. Ces monnaies et ces divers objets ont été datés entre le 1er siècle avant notre ère et le 5è siècle de notre ère. Ils constituent les restes d’offrandes faites à cet endroit par des populations gauloises (celtiques) et gallo-romaines. Ces nombreuses preuves d’offrandes rituelles démontrent que l’endroit devait revêtir un caractère sacré pour nos ancêtres païens. 

 

On connaît par ailleurs l’importance qu’avait le culte aux sources pour les populations de tradition celtique. Les sources étaient liées à des Divinités mineures comme les nymphes et diverses Divinités fluviales. Le moyen âge chrétien qui ne pouvait venir à bout d’anciens cultes comme ceux liés aux sources, dégrada souvent ces Divinités au rang de fées. Les légendes de cette époque tardive parlent souvent de fées ou de “dames blanches” qui peignent leur chevelure d’or près d’une source. Ces Divinités des sources étaient dans les traditions païennes des origines, des expressions sacralisées de la Terre-Mère. Cette grande Déesse chtonienne, notre Mère à tous, était liée aux plus anciens cultes de fertilité, d’abondance, et de fécondité. En faisant une offrande à ce genre de source sacrée, on cherchait évidemment les faveurs de la Déesse ou bien on la remerciait pour un quelconque bienfait qu’elle avait déjà pu apporter. Ce genre d’offrande, tout comme les sacrifices, reposent sur le principe du Don tel qu’on le retrouve exprimé dans la rune germano-nordique Gebo, le principe d’échange entre hommes et Dieux. 

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

Lien :

 

Dimanche 3 Décembre 2017