Göbekli Tepe

Des Proto-Runes d'Anatolie et un Temple vieux de 13 000 ans

Au centre de la photo se trouve une pierre gravée qui fut trouvée sur le site archéologique de Göbekli Tepe en Anatolie (actuelle Turquie). C’est un site extraordinaire et unique car c’est là que fut découvert le plus vieux temple en pierre au monde. Il est daté entre 11.500 et 8.000 avant notre ère. Il date du mésolithique, la période de transition entre paléolithique et néolithique. Il est 7.000 ans plus vieux que la plus ancienne pyramide égyptienne. Chaque pièce du temple est formé par une construction mégalithique ronde. Ce temple de Göbekli Tepe remonte donc à une société de chasseurs et de cueilleurs qui se situe juste avant le début de l’agriculture. Plusieurs indices font dire à certains historiens que l’agriculture serait même née dans cette région. Car pour construire ce temple, il a fallu plusieurs centaines d’hommes qui y travaillèrent pendant trois à cinq siècles. Cela implique une infrastructure et une organisation sociale qui permettent de subvenir aux besoins de tous ces travailleurs. Il fallait nourir tout ce beau monde. Le nomadisme typique du paléolithique devenait alors une gêne pour réaliser une telle oeuvre monumentale. La sédentarisation finit par être une nécessité. Ceci jeta les bases et les prémices d’une agriculture naissante. Un spécialiste du site comme Tom Cox parle même de “potagers religieux” expliquant par là que la religion fut dans ce cas l’origine de l’agriculture, ce qui contredit les thèses officielles qui voulaient que, suite à l’invention de l’agriculutre, auraient été construits des temples monumentaux qui débouchèrent sur le mégalithisme. Or ce site prouve que la relgion mégalithique a précédé l’agriculture, elle n’est pas postérieure. Un mystère important entoure encore de nos jours le temple de Göbekli Tepe car bizarrement, lorsqu’arriva la révolution agricole définitive du néolithique vers 8.000 avant notre ère, période qui fut un changement radical dans la société humaine, le temple fut volontairement enterré. Pour des raisons inconnues, les hommes décidèrent d’ensevelir tout le site, créant ainsi des collines artificielles, celles qui furent découvertes dans les années 60 et fouillées par les archéologues à partir de 1995. 

 

Selon un autre spécialiste du site du nom de Klaus Schmidt, tout indique qu’au niveau religieux il devait s’agir d’une société de type shamanique. Ce genre de culte très ancien prend ses racines au plus profond du paléolithique. Les esprits de la nature, des animaux, et ceux des ancêtres étaient très certainement invoqués dans ce temple monumental pour son époque. Dans le temple furent trouvées de nombreuses représentations d’animaux, tels que serpents, canards, grues, taureaux, renards, lions, sangliers, vaches, et scorpions. Une analyse de ces représentations animales indique que l’on pourrait être là en présence de constellations. Ces figurations de constellations diverses seraient elles mêmes révélatrices d’une structure religieuse très complexe. Voir lien suivant

http://timothystephany.com/gobekli.html.

 

Parmi la multitude d’objets à caractère magico-religieux qui furent découverts à Göbekli Tepe, se trouve la pierre gravée de la photo. Pour ceux qui connaissent les runes germano-nordiques, les deux symboles sur la droite de la pierre sont graphiquement parlant identiques à la rune Algiz. Les runes en tant que telles n’apparaîtront que 11.000 ans plus tard, ce qui nous permet de constater que ces symboles sont des proto-runes, des runes avant les runes. Ce genre de graphisme symbolique se retrouve parmi de nombreuses gravures du paléolithique jusqu’à l’âge du bronze. Ces proto-runes Algiz d’Anatolie sont certainement parmi les plus aniennes qui soient connues. Dans les traditions païennes germano-nordiques de l’âge du fer, cette rune fut interpétée comme un signe sacrée de la nature en phase d’éveil et de la connection avec le monde des Dieux. Un animal sauvage comme l’élan était rattaché au symbolisme de cette rune Algiz. Or l’animal sauvage et une société humaine en éveil sont deux éléments qui furent très probablement caractéristiques de la communauté de Göbekli Tepe. Pour plus de renseignements sur la rune Algiz, voir lien suivant

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=337613979710750&set=a.300053296800152.1073741833.230064080465741&type=3&theater

On retrouvera également ces signes proto-runiques dans le système d’écriture turc, système qui naquît quelques 8 siècles après les runes germano-nordiques. Voir lien suivant=> http://www.ancientscripts.com/turkic_runes.html. On ne connaît donc pas la valeur exacte qu’avaient ces symboles pour les hommes de Göbekli Tepe, mais les explications liées aux runes et à d’autres signes équivalents, même s’ils sont largement postérieurs, peuvent être une aide précieuse pour mieux comrpendre ce monde symbolique du plus vieux temple en pierre au monde. 

 

Quant au serpent qui se trouve sur la gauche de la pierre, il figure le culte aux forces chtoniennes très présent parmi les cultures religieuses issues du paléolithique. Ce sont les forces fécondantes et cycliques de la terre qui sont célébrées avec le symbole du serpent. Ce genre de symbole manifeste un lien évident avec le culte de la Terre-Mère. Pour le symbolisme du serpent, voir lien suivant

 

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=328587323946749&set=a.305428916262590.1073741838.230064080465741&type=3&theater

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Göbekli_Tepe

http://timothystephany.com/gobekli.html

https://www.youtube.com/watch?v=eHG9URGDt6s

 

Mardi 27 Juin 2017

Pour partager l'article