Blanchard, un Calendrier Lunaire du Paléolithique Supérieur

À l'endroit nommé Abri Blanchard en Dordogne (France) fut trouvée une plaque osseuse avec des inscriptions étranges. Cette pièce archéologique fut datée du paléolithique supérieur, elle est donc vieille de 35.000 ans et antérieure à la célèbre grotte de Lascaux. L'étude de ce morceau d'os et de son inscription firent apparaître qu'on se trouvaitlà en présence d'un calendrier lunaire. Comme bien d'autres pièces archéologiques, cet os démontrait que nos lointains ancêtres du paléolithique n'étaient pas des sauvages. Au 19è et au début du 20è siècle, la communauté scientifique niait qu'à cette période préhistorique l'homme ait pu avoir une conscience religieuse et des connaissances telles que les hommes puissent mesurer les cycles du temps. On parle souvent de l'obscurantisme chrétien, mais l'obscurantisme athée fut lui aussi un sérieux frein pour la compréhension de cette lointaine période de notre histoire. La fin du 19è siècle se caractérise par une véritable chape de plomb imposée par la communauté scientifique qui refusait l'idée d'une conscience religieuse au paléolithique. Ce genre de conscience religieuse venait en effet perturber sérieusement les théories évolutionnistes de l'époque qui s'acharnaient à présenter l'homme du paléolithique comme un être sauvage sans capacités intellectuelles. Heureusement, la clairvoyance de certains archéologues indépendants a permis d'affirmer le contraire. L'os de l'abri Blanchard est une de ces preuves.

 

L'inscription de l'os comporte 69 marques qui figurent des pleines lunes ainsi que des croissants de lune dans leurs phases croissantes et décroissantes. Tout semble démontrer que nous sommes en présence d'un calendrier lunaire. Certains signes ont été gravés de droite à gauche, et d'autres dans le sens contraire. Des chercheurs comme Marshack ou Jègues-Wolhewiez ont révélé que deux cycles lunaires se superposent sur l'inscription de l'os de l'abri Blanchard. Cette pièce archéologique est ainsi un des plus vieux témoignages des connaissances astronomiques de nos ancêtres du paléolithique supérieur. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

Lundi 26 juin 2017

Pour partager l'article