Werwolfstein

La Pierre au Loup-Garou d'Eggenstedt…

Les frères Grimm au 19è siècle en Allemagne ont fait un fantastique travail de compilation des contes et mythes qui avaient encore cours à cette époque. Ils ont écrit un nombre impressionnant de recueils divers dont une grande partie est d’origine païenne, remontant principalement à la tradition germanique et en partie à la tradition celtique. Nous allons nous pencher ici sur un de ces contes, un conte assez court mais qui a laissé des traces, et dont les origines remontent à la tradition païenne germanique.

 

Près du village d’Eggenstedt dans la région allemande de Magdeburg, s’élevait jadis une grande pierre que les gens nommaient la pierre au loup-garou. 

Il y a très longtemps dans cette région se trouvait un étrange personnage. Personne ne savait d’où venait cet inconnu. Il se faisait appeler le Vieux. Il avait l’habitude d’arriver à l’improviste dans les villages en proposant ses services aux villageois. Il faisait souvent office de berger et gardait les troupeaux. Un berger du nom de Meile possédait un mouton tout coloré auquel il tenait beaucoup. Un jour ce mouton tomba et se fit mal. L’inconnu qui répond au nom du «Vieux» s’empressa de demander au berger de lui donner le mouton. Le berger refusa. 

Le jour de la tonte des moutons, le Vieux vint aider le berger Meile. Lorsque ce dernier revint, tout le travail de tonte avait été fait. Rien à redire. Mais le Vieux avait disparu ainsi que son mouton favori. Durant quelques temps, l’inconnu ne donna plus de signe de vie. 

Puis, un jour, alors que Meile faisait paître son troupeau, l’inconnu lui apparut. Il salua le berger Meile en lui disant «Salut Meile. Tu as bien le bonjour de ton mouton coloré». Le berger vit rouge, il prit son bâton pour frapper l’inconnu car bien-sûr il voulait se venger. Mais alors, comme par enchantement, le Vieux se transforma et laissa place à un loup-garou. Le berger resta comme pétrifié par cette vision cauchemardesque. Ce n’était plus un humain, il s’était transformé en une créature mi homme mi loup. Les chiens du berger ne se laissèrent pas intimider et se lancèrent sur le loup-garou qui dut prendre la fuite. Les chiens le prirent en chasse et finirent par le coincer près du village nommé Eggenstedt. Le berger arriva en criant «Maintenant tu vas mourir !». À ce moment le loup-garou reprit sa forme humaine et demanda au berger de l’épargner. Ce dernier ne voulut rien savoir et se précipita sur l’inconnu. Et, tout d’un coup, comme par magie, se dressa devant le berger un énorme buisson épineux. Le berger passa outre de ce buisson et se fraya un chemin tout en se faisant lacérer par les immenses épines. Le buisson disparut alors, et réapparut à sa place le Vieux. Le berger n’avait aucune pitié, et frappa pour tuer. L’inconnu se transforma une dernière fois en loup-garou, mais trop tard, car le berger lui donna le coup de grâce, et le Vieux mourut. 

 

À cet endroit, on dressa une pierre pour commémorer l’évènement. C’est cette pierre que l’on nomma «Werwolfstein», la pierre au loup-garou. Le blason d’Eggenstedt l’a conservé en mémoire puisque le loup-garou en est devenu le symbole (à gauche sur fond vert sur la photo). Trois éléments de ce compte sont incontestablement d’origine païenne.

-L’inconnu, dont les traits de caractères rappellent énormément ceux de Vegtam, «l’habitué des chemins», un des surnoms du Dieu Wotan / Óðin. De plus, le nom de «Vieux» est précisément un des autres surnoms du Dieu Wotan / Óðdin. Par ailleurs, la magie qu’utilise l’inconnu est typique de celle que pratique le Dieu wotan / Óðin.

-Le loup-garou est une figure mythologique qui remonte au culte du Dieu Wotan / Óðin. Le loup-garou prend sa source dans les rites guerriers des Berserker et Ulfhednar, ces guerriers germano-nordiques qui avaient pour habitude d’entrer en transe avant le combat, de se vêtir d’une peau de loup, et de lutter sous l’emprise d’une rage frénétique à l’instar de l’animal. Pour plus de détails sur le symbolisme du loup et du loup-garou, voir les liens à la fin.

-Le buisson épineux qui apparaît par enchantement est lui aussi un héritage de la magie employée par Wotan / Óðin. L’épine pouvait envoûter, endormir, ou encore contrecarrer une agression. Derrière l’épine se cache tout le symbolisme de la rune Thurisaz, rune dont le nom anglo-saxon (Thorn) signifie justement «l’épine».

 

Nous pouvons ainsi constater encore une fois que derrière un simple conte peuvent s’occulter bien des messages hérités de notre lointain passé païen.

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

  • «Deutsche Sagen», Wilhelm und Jacob Grimm

 

Liens :

  • Symbolisme du loup
  • => https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.305428916262590.1073741838.230064080465741/597893320349480/?type=3&theater
  • Symbolisme du loup-garou
  • =>https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.305926009546214.1073741844.230064080465741/325205577618257/?type=3&theater
  • La rune Thurisaz
  • => https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.300053296800152.1073741833.230064080465741/301616136643868/?type=3&theater

 

Mercredi 6 Décembre 2017