La Conquête de L'Irelande

Les Races Mythiques qui peuplent l'Île...

La conquête de l’Irlande nous plonge dans la mythologie celtique insulaire, au plus profond de ses racines culturelles et religieuses, racines bien évidemment païennes. La tradition orale fut la base première de cette cosmogonie irlandaise, mais c’est principalement un texte rédigé en plusieurs versions entre les 8è et 18è siècles de notre ère qui est la source majeure pour le mythe de la conquête. Ce texte est le Lebor Gabála Érenn. Vu qu’il fut mis en page par des copistes chrétiens, il faut lui appliquer un filtre afin d’en extirper les influences chrétiennes qui sont claires et nettes. Le schéma du texte possède des parallèles avec l’approche mythologique grecque d’Hésiode concernant les quatre âges de l’humanité. Le Lebor Gabála Érenn révèle aussi des parallèles avec la mythologie germano-nordique, comparaison qui repose sur le conflit originel entre Dieux Ases et Dieux Vanes, que l’on retrouve avec le conflit qui oppose les Tuatha-Dé-Danann et les Fir Bolg. Ce dernier rapprochement nous plonge d’ailleurs dans un mythe fondateur commun à tous les peuples indo-européens, où les Dieux ouraniens s’affrontent dans un premier temps aux Dieux chtoniens pour ensuite sceller un pacte de paix et de vie commune. Les influences chrétiennes tournent principalement autour du fait que les copistes ont cherché à unir le récit païen au texte biblique du déluge. 

 

  1. La conquête de l’Irlande commence 50 jours avant le déluge, elle est le fait du peuple de Cesair qui est la première femme mythique de l’Irlande. Elle est très certainement une figuration de la Déesse-Mère remontant au mésolithique, période de transition entre la chasse / cueillette du paléolithique et l’agriculture du néolithique. Les copistes chrétiens la situèrent non seulement par rapport au déluge biblique, mais en plus ils lui attribuèrent une généalogie biblique puisqu’ils en firent la fille de Bith, un des enfants de Noé. Cette première race ne dura pas très longtemps car le déluge extermina tout le peuple de Cesair. Certaines sources ont même voulu dater cette première occupation de l’île en la situant tantôt en 2958 tantôt en 2361 avant l’ère vulgaire. Les trois hommes du peuple de Cesair épousèrent toutes les femmes: Fintan se maria avec 17 femmes, Bith avec également 17 femmes, et Ladra épousa 16 femmes. Cesair meurt 6 jours avant le déluge qui allait emporter tout son peuple vers la mort. Seul Fintan, le druide primordial, allait en réchapper en se transformant en saumon, puis successivement en plusieurs animaux, pour finalement réapparaître sous forme humaine. La transformation en saumon symbolise le retour aux sources, et les différentes formes animales nous rappellent le lien que ce peuple des origines maintenait avec la nature dans son état vierge et sauvage. 

  2. Peu après le déluge, ce sont les Fomoires qui débarquèrent sur l’île. Ces derniers sont aussi appelés les “Géants de la mer”, ils sont décrits comme des êtres monstrueux, malfaisants, et dotés de grands pouvoirs magiques. Ils symbolisent le chaos primordial, le désordre et l’obscurité des forces chtoniennes primitives. On peut sans problème les comparer aux Titans de la tradition grecque ou aux Géants de la tradition germano-nordique. Les Fomoires combattront tous les peuples qui allaient se succéder en Irlande, tous sauf les Fir Bolg. Certains textes comme le Lebor na hUidre décrivent les Fomoires comme n’ayant qu’un oeil, qu’une seule jambe, qu’un seul bras et une peau de couleur sombre. Cette description physique rappelle en partie les rites magiques du Dieu Lugh lorsque ce dernier prononce les formules sur un pied avec un oeil fermé.

  3. Quelques 278 ans après le déluge (ou 312 ans selon une autre version), ce sont les Partholoniens qui arrivèrent sur l’île. Leur règne, qui allait durer 5000 ans, est celui qui apporta le druidisme, l’agriculture et l’élevage. Ces éléments permettent de les situer en même temps que l’arrivée du néolithique, la grande révolution agricole de la préhistoire. Pour des raisons territoriales, l’agressivité des Fomoires se transforma en guerre ouverte avec les Partholoniens. Et, un beau jour de Beltaine (un 1er Mai), la race des Partholoniens allait disparaître suite à une terrible épidémie. Ici aussi, un seul être échappa à la mort, ce fut un certain Tuan Mac Cairill, qui lui également représentait l’homme et le druide primordial. Et tout comme le Fintan de la première invasion, Tuan se transforma en plusieurs animaux, avant de retourner vers une forme humaine afin de partager sa sagesse. Il fut homme durant 100 ans, cerf pendant 300 ans, sanglier durant 200 ans, rapace pendant 300 ans, et saumon durant 100 ans. Comme nous avons pu le voir dans nos articles antérieurs, tous ces animaux ont une très forte valeur symbolique, une dimension sacrée que l’on retrouve dans toutes les traditions païennes d’Europe.

  4. Ensuite vint une autre race mythique, celle des Némédiens dont le chef porte le nom de Nemed, nom qui se traduit par “sanctuaire, sacré” et que l’on rencontre dans le terme celtique postérieur de Néméton qui désigne un lieu sacré où l’on rendait culte aux Dieux. Les Némédiens sont aussi parfois appelés le peuple-cerf, et semblent pouvoir se situer au coeur du néolithique. Après une belle période de paix, la guerre éclata entre Némédiens et Fomoires qui voulaient reconquérir le pays. Malgré une victoire contre deux rois Fomoires, Gann et Sengann, ces derniers finirent par remporter la bataille stratégique. Les Fomoires finirent par imposer un lourd tribut annuel aux Némédiens, tribut qui allait asphyxier toute la société némédienne. Bien qu’ils tentèrent un dernier soulèvement, les Némédiens furent battus définitvement. Ils durent prendre la fuite et se réfugier dans le comté de Munster.

  5. Puis, vinrent les Fir Bolg, une race de guerriers et d’artisans qui semblent avoir les faveurs des Fomoires puisque ces derniers ne les attaquèrent jamais. Cette paix avec les monstrueux Fomoires permet de penser que les Fir Bolg ont des affinités avec la nature chtonienne des Fomoires. Hommes-foudre serait la traduction du nom de Fir Bolg. Ils se montrent particulièrement spécialisés dans l’art du feu et de la forge. Ils seraient à l’origine de la division de l’Irlande en cinq régions, Ulster, Leinster, Munster, et Connaught, les 4 régions qui figurent les 4 points cardinaux, et la 5è région, Meath, représentant le point central et sacré de cette roue solaire aux dimensions du pays. Les Fir Bolg seraient aussi à l’origine de l’introduction de la royauté comme système politique. Bien que liés en partie au monde chtonien, ils semblerait tout de même que ces Fir Bolg pourraient être un reflet d’une première vague indo-européenne sur l’île. La métallurgie, l’art de la guerre et la royauté sont des éléments qui peuvent sans doute aucun être associés aux premiers Indo-Européens.

  6. Ce n’est que suite aux Fir Bolg qu’arriva la grande vague indo-européenne avec les Dieux ouraniens et solaires connus sous le nom de Tuatha-Dé-Danann, la tribu de la Déesse Danu. À ce stade on peut parler véritablement d’implantation celtique en Irlande. Parmi ces Tuatha-Dé-Danann se trouvent les grandes figures divines du panthéon celtique d’Irlande. On y croise des Dieux tels que Lugh, Nuadu, le Dagda, Ogme, Goibniu, Diancecht, Oengus, ou encore des Déesses telles que Brigit, Eithne, et Morrigan. Les Dieux arrivèrent sur l’île un jour de Beltaine (1er Mai). Ils entrèrent aussitôt en conflit avec les Fir Bolg, conflit qui éclata au grand jour avec la première bataille de Mag Tuired. De cette lutte, où non seulement la stratégie militaire est au rendez-vous mais aussi la magie dans toute sa splendeur, les Tuatha-Dé-Danann sortent vainqueurs. C’est au cours de cette longue bataille que le roi Nuada perdit sa main droite, passage qui trouve une équivalence dans le mythe germano-nordique avec le Dieu Tiwaz / Týr. Les Dieux Tuatha-Dé-Danann sont régis par le principe trifonctionnel de la société divine des Indo-Européens, qui regroupe les aspects suivants: fonction souveraine, fonction guerrière, et fonction production-reproduction. Il est dit que les Tuatha-Dé-Danann vinrent des îles situées au nord du monde et apportèrent avec eux les quatre objets sacrés de leur race: la lance de Lugh, la pierre de Fal, le chaudron de Dagda, et l’épée de Nuada.

    Puis vint la seconde bataille de Mag Tuired, guerre qui allait voir l’affrontement entre les Fomoires et les Tuatha-Dé-Danann. Les Fomoires luttent avec grande ardeur et courage, mais les Tuatha-Dé-Danann, grâce à leur art de la magie, finiront par être vainqueurs et préserveront ainsi l’ordre cosmique contre le chaos des Fomoires.

  7. Et pour finir la conquête de l’Irlande, ce ne sont plus des êtres divins qui arrivèrent sur les côtes de l’île, mais des humains. Ces hommes sont les Milésiens, des Celtes venus d’Espagne que l’on nommera aussi les Gaëls. Et encore une fois, cette arrivée se fit un jour de Beltaine. Les Milésiens s’affrontèrent aux Tuatha-Dé-Danann qu’ils finirent par évincer. L’âge des Dieux allait ainsi s’achever pour laisser place à celui des hommes, les fils de Mile. Les Tuatha-Dé-Danann se retirèrent dans les Sidhs, les tertres sacrés qui donnent accès au monde souterrain, un monde parallèle où les Dieux continuent leur existence loin du regard des hommes. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

Liens :

 

Vendredi 23 Novembre 2018