Galdrastafir - Les Draumstafir

Les Draumstafir, les baguettes du rêve

La magie islandaise du moyen âge compilée principalement dans un ouvrage du nom de Galdrabók (le livre de la magie) prend ses racines dans son passé païen. Bien qu’ayant reçu certaines influences chrétiennes, cette magie islandaise reste dans le fond très païenne. Le christianisme la condamna d’ailleurs à maintes reprises, à tel point que de nombreuses personnes furent brûlées vives sur le bûcher "purificateur" pour la simple possession d’une rune. Cette magie islandaise se compose entre autres des Galdrastafir. Ce terme de Galdrastafir se traduit par "bâtonnets, ou baguettes magiques". Ces Galdrastafir sont la plupart du temps des évolutions graphiques à partir des anciennes runes islandaises. Leurs combinaisons donnèrent le jour à de puissants talismans dont la finalité était très variée. Certains de ces talismans avaient pour fonction la protection, d’autres la malédiction, et en règle générale, ils devaient favoriser l’aide dans certaines entreprises concrètes. 

Au centre de la photo (et sur la droite) se trouve le talisman islandais qui se nomme Draumstafur, la baguette du rêve. Deux variantes de ce talisman peuvent être observées sur la gauche. L'objectif de ce talisman était de pouvoir rêver de ce que l'on veut. Ceci est très important par exemple si l'on veut provoquer un rêve prémonitoire ou bien un rêve permettant un "voyage" rituel de type chamanique. 

 

La nuit du solstice d'été il fallait graver ce Draumstafur sur de l'argent ou du cuir blanc. Tous deux sont des symboles lunaires qui reflètent la lumière solaire, ils sont en cela des intermédiaires entre soleil et humain. Une fois gravé, on devait dormir sur le draumstafur en le plaçant par exemple sous l'oreiller. C'est ainsi qu'on rêvait de ce que l'on voulait. 

 

Graphiquement parlant, ce talsiman est issu de runes comme Thurs (þ), Man (M) [Algiz dans sa version ancienne selon le futhark germanique commun], ainsi que de Sol (S). Le soleil tient une place importante dans les Draumstafir puisqu'il fallait les graver au moment du solstice d'été, ce qui explique la rune S. La rune de l'homme M est celle qui définit la personne sur laquelle doit agir le talisman. Quant à la rune þ, elle était aussi appelée "Thorn", l'épine, ce qui fait clairement référence à l'épine du sommeil. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

Heilige Runen, Géza Von Neményi

Symboles Magiques Islandais

Huld Manuscript of Galdrastafir Witchcraft Magic Symbols and Runes

 

Jeudi 29 Juin 2017

Pour partager l'article