Galdrastafir - Le Veiðistafur

Le Veiðistafur, bonne pêche !

La magie islandaise du moyen âge compilée principalement dans un ouvrage du nom de Galdrabók (le livre de la magie) prend ses racines dans son passé païen. Bien qu’ayant reçu certaines influences chrétiennes, cette magie islandaise reste dans le fond très païenne. Le christianisme la condamna d’ailleurs à maintes reprises, à tel point que de nombreuses personnes furent brûlées vives sur le bûcher "purificateur" pour la simple possession d’une rune. Cette magie islandaise se compose entre autres des Galdrastafir. Ce terme de Galdrastafir se traduit par "bâtonnets, ou baguettes magiques". Ces Galdrastafir sont la plupart du temps des évolutions graphiques à partir des anciennes runes islandaises. Leurs combinaisons donnèrent le jour à de puissants talismans dont la finalité était très variée. Certains de ces talismans avaient pour fonction la protection, d’autres la malédiction, et en règle générale, ils devaient favoriser l’aide dans certaines entreprises concrètes. 

Dans le cadre blanc au centre de la photo on peut observer le talisman magique nommé Veiðistafur. Ce talisman avait pour but de favoriser une bonne pêche. Dans une culture grandement tournée vers la pêche comme ce fut le cas en Islande, on peut aisément s’imaginer l’importance que devait revêtir un tel symbole. De bonnes prises de poissons ne relèvent ici pas du loisir, mais bien d’une question de survie. 


Le rite était le suivant : 

 

Au moyen d’une plume de corbeau, il fallait peindre ce talisman avec du sang de roitelet (une espèce d’oiseau). Le Veiðistafur devait ensuite être placé sous la proue du bateau. Ainsi, s’assurait-on une très bonne pêche en mer.

Le graphisme du talisman repose sur 5 symboles solaires, et 4 symboles dérivés de l’ancienne rune viking MAN, la rune de l’homme. L’ensemble est donc formé par 9 symboles. Le "9" est associé dans la tradition germano-nordique au renouveau, à un nouveau cycle. Le fait que l’on utilise une plume de corbeau est une claire référence à l’ancien culte du Dieu Óðin, le Dieu aux corbeaux… Hrafnaguð…


 

 

Le Galdrabok

 

 

Vendredi 30 Juin 2017

Pour partager l'article