Sais-tu comment graver les Runes ?

La question du titre n’est pas de moi. Elle est tirée des Eddas, du Havamál 144. C’est un passage des textes anciens de la tradition germano-nordique qui traite de magie runique. Il indique au travers de plusieurs questions, le procédé habituel qu’il fallait réaliser afin de graver correctement les runes. Voici le passage en question, en langue originale, puis sa traduction en français. 

 

Veistu hve rísta skal?

Veistu hve ráða skal?

Veistu hve fáa skal?

Veistu hve freista skal?

Veistu hve biðja skal?

Veistu hve blóta skal?

Veistu hve senda skal?

Veistu hve sóa skal?

 

Sais-tu comment les tailler, comment les interpréter,

Comment les peindre, comment les mettre à l'épreuve,

Comment les invoquer, comment les sacrifier,

Comment les offrir, comment les effacer ?

 

À la lecture de ces quelques questions, on comprend vite qu’on ne peut pas graver les runes n’importe comment. C’est un procédé qui requiert de l’exactitude, de la méthode, et de l’ordre. C’est un mélange subtil entre raison et intuition. 

Cette strophe nous indique les grandes lignes du rituel qu’il faut accomplir pour graver les runes. Car les runes sont bien plus que de simples signes d’écriture, elles sont des symboles magiques qui remontent à la nuit des temps. Chaque rune, lorsqu’elle est correctement inscrite, vibre de toute son énergie magique, et transmet toute sa force à qui de droit. Voyons donc pas à pas, ce en quoi consiste le rituel que tout maître runique se doit de dominer. 

 

Pour ceci, il est nécessaire de «s’outiller» un peu. Il faut les choses suivantes: un couteau (ou tout autre objet pointu et coupant), une baguette de bois, de la peinture rouge (un pigment naturel bien-sûr, ou bien du sang). 

 

CONSACRER

L’endroit où se déroule le rituel doit avant tout être consacré, c'est-à-dire, «rendu sacré». Il est recommandable par exemple d’effectuer un petit rite au moyen d’un Mjöllnir en se dirigeant vers les 4 points cardinaux. On se tourne vers chaque direction céleste, en visualisant le Dieu et en s’imprégnant de sa puissance. On peut prononcer une phrase à chaque fois du style «Asaþórr ! Consacre ce lieu !». Il faut également faire un sacrifice au Dieu ou à la Déesse à qui va se rattacher l’inscription runique. Par définition, le mot sacrifier signifie lui aussi «rendre sacré». On génère ainsi un premier lien entre la Divinité et l’officiant. 

 

GRAVER

Au moyen de votre couteau, gravez vos runes, votre formule runique, ou vos runes liées. Pour mieux vous concentrer durant cette opération, il est judicieux de prononcer à voix haute le nom de chaque rune que vous incisez dans le bois tout en visualisant le symbolisme de chacune d’elles. 

 

PEINDRE

Avec le pigment rouge ou bien le sang, vous devez teinter les runes. Le sang et la couleur rouge sont un symbole de vie, c’est donc ce qui insuffle l’énergie vitale aux runes gravées. 

 

CHARGER

Cet acte est celui que le poème de l’Edda nomme «mettre à l’épreuve». Il s’agit ici de connecter votre inscription runique avec l’intention et le but de votre opération magique. En vous concentrant profondément, vous devez exprimer à haute voix l’objectif de votre opération. Si par exemple le but recherché est d’être protégé durant un voyage, vous devriez prononcer une phrase du genre «Pour la protection pendant le voyage à…». Il est même conseillé dans ce cas d’employer le passé pour les verbes de cette phrase, ce qui donne la force d’un acte accompli. Ceci nous donnerait par exemple «Pour avoir été protégé pendant le voyage à…».

 

LIER

Cette étape, elle aussi, est très importante, car comme nous l’avons vu dans d’autres articles, la notion de lier est fondamentale dans toute magie traditionnelle, à tel point que les Dieux eux-mêmes étaient nommés les Lieurs. Tout le pouvoir de la magie réside en effet dans la capacité de lier les choses entre elles. Pour cela, il est recommandé d’utiliser votre couteau ou une baguette prévue à cet effet, et de former 3 cercles concentriques autour de votre bout de bois portant la nouvelle inscription runique. Ce triple mouvement donne toute la puissance magique à l’amulette runique en la liant avec les forces divines. Ici vous devriez vous concentrer sur votre Divinité tutélaire.

 

OCCULTER

C’est ce que le poème évoque sous le terme de «effacer les runes». Une fois les étapes précédentes terminées, il faut en effet occulter votre amulette runique. Ceci a comme objectif de préserver la pureté du talisman en le séparant du monde profane. Il conserve ainsi son caractère sacré. Ceci peut se faire de plusieurs manières. On peut par exemple l’enterrer dans un lieu consacré, le même lieu que celui du rituel, ou bien l’occulter à l’endroit où le talisman est censé agir. Pour une malédiction ou une bénédiction, il faut chercher un contact physique entre la personne visée et l’objet. L’idéal serait dans ce cas que la personne le porte sur soi. 

 

Voilà en gros ce que l’on peut dire sur les grandes lignes qui composent le rituel qui permet de graver correctement les runes. On peut ainsi constater que dans la tradition germano-nordique, le fait de graver les runes, n’était pas une chose prise à la légère, c’était un acte véritablement magico-religieux.

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

  • « Eddas, la religion des peuples du Nord», Régis Boyer
  • «Nordische Magie», Edred Thorsson

 

Liens :

  • Les runes une par une=> https://www.facebook.com/pg/Symboles-païens-et-inscriptions-runiques-230064080465741/photos/?tab=album&album_id=300053296800152
  • Symbolisme des liens, fonction et magie=>https://www.facebook.com/230064080465741/photos/a.306265149512300.1073741847.230064080465741/613510885454390/?type=3&theater

 

Lundi 26 Mars 2018