Perun

Le Dieu Slave de la Foudre...

Le Dieu Perun (prononcer "pérounn") est un des grands Dieux slaves. Il est le Dieu de la foudre, très similaire au Dieu germanique Donar - Thor. Au 6è siècle de notre ère l'historien byzantin Procope de Césarée mentionne Perun comme étant l'un des Dieux majeurs des Slaves, sinon le plus important. Selon Procope, il était coutume de sacrifier à Perun un boeuf et divers animaux. En 980 lorsque Vladimir-le-grand accéda au trône, il fit ériger à Kiev cinq statues de Dieux slaves. Perun fut le Dieu central. Sa tête était en argent et sa moustache en or. C'est d'ailleurs par le Dieu Perun, que les Vikings varègues avaient juré à Kiev fidélité au contrat qui les liait à Byzance. La similitude entre Perun et Thor a dû très certainement faciliter la chose aux Varègues. L'oncle de Vladimir possédait lui aussi un enclos sacré pour la statue du Dieu. Après la christianisation, ce lieu devint un monastère... On pourrait citer bien d'autres éléments historiques pour démontrer la grande importance qu'avait le Dieu Perun dans tous les panthéons slaves. Bien des études ont démontré la fonction qu'il devait tenir au sein de la société divine des Slaves. 

 

Le nom de Perun remonte à une incontestable origine indo-européenne. On le retrouve dans une quantité énorme de noms de lieux dans les tous les pays où les slaves se sont établis. Chez les Baltes (autre peuple indo-européen, un des plus anciens d'ailleurs), le Dieu se nommait Perkūnas. La racine indo-européenne sur laquelle est construite son nom est *per qui signifie "frapper", ce qui fait bien-sûr référence à la force de la foudre qui frappe. En langue indo-européenne reconstruite, *perkwu désignait le chêne. Et comme nous l'avons vu à propos du symbolisme du chêne (voir lien à la fin), cet arbre était dédié par excellence au Dieu de la foudre dans les différents panthéons indo-européens. Chez les Slaves, il était l'arbe associé au culte du Dieu Perun, chez les Germains existait la célèbre "Donareiche" (le chêne de Donar-Thor), chez les Grecs il était consacré au grand Dieu Zeus. La parenté étymologique indo-euroéenne apparaît donc bien logique, et permet de comprendre pourquoi les Indo-Européens associèrent le nom du Dieu avec la foudre et le chêne. Les lingüistes se sont même permis de reconstruire le possible nom originel du Dieu, celui qu'il pouvait porter à la très lointaine époque où les Indo-Européens vivaient dans leur foyer des origines. Ce nom indo-européen aurait été *Perkwunos, il se traduirait par le "frappeur", terme qui encore une fois se rapporte directement à la foudre. 

 

Comme ses "homologues" indo-européens, Donar, Thor, Indra ou Taranis, Perun entre dans la 2è fonction indo-européenne, celle de la noblesse guerrière. C'est une guerre défensive qu'il représente, celle qui défend l'ordre des Dieux lorsqu'il est menacé. Perun n'hésite pas à recourir à la violence et à la guerre pour affronter les forces du chaos qui menacent l'ordre cosmique. Tout comme Thor, il règne dans le ciel et sur la terre. Dans le ciel il est avant tout un guerrier, mais sur terre sa fonction liée à la pluie fécondante et nourricière semble être tout aussi importante que sa fonction guerrière. Tout comme le celte Taranis, l'animal qui accompagne le Dieu Perun est l'aigle, symbole de majesté souveraine. 

 

L'amulette que les Slaves portaient pour honorer leur culte à Perun était une petite hache (voir une copie moderne en haut au centre sur la photo). Cette hache-amulette rappelle fortement le marteau du Dieu Donar - Thor, ce qui est encore plus vrai si l'on considère la très forte parenté qui existe entre le symbolisme de la hache et celui du marteau. Un des symboles historiques du Dieu Perun est celui qu'on peut observer sur la photo en haut sur la droite, celui en noir et blanc. Ce symbole, qui porte le nom de "signe du tonnerre", bien que se présentant de forme angulaire, est très similaire à la roue de Taranis. Les nombreuses rouelles connues du Dieu celte Taranis se composent comme le symbole du Dieu Perun. C'est la roue de la foudre, l'arme suprême du "frappeur céleste". Le symbole de Perun se gravait à l'entrée des maisons afin de mettre tous ses habitants sous la protection du Dieu guerrier de la foudre. La même tradition, mais d'origine celte celle-ci, se retrouve dans un grand nombre de pays de l'ouest européen, où l'on voit encore de nos jours une roue de chariot décorant la façade d'une maison. C'est dans ce cas l'ancien symbole de Taranis qui protège l'ensemble du foyer. Par ailleurs il est agréable de constater que le culte au Dieu Perun ne s'est pas éteint vu que de nombreuses communautés de l'ancienne tradtion slave célèbrent de nos jours de grands rites en l'honneur du Dieu de leurs ancêtres païens, Dieu pour lequel de plus en plus de statues s'élèvent à nouveau chez nos amis slaves. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

Liens :

 

Samedi 25 Novembre 2017