Maworts

Le Dieu Indo-Européen de la Foudre et de la Guerre...

Tout comme nous avons vu le Dieu souverain du panthéon indo-européen originel *Deiwo-Dyeus, nous allons voir le grand Dieu de la fonction guerrière, la 2è fonction dans la société divine et humaine. Il faut rappeler que ce qui caractérise la société "primitive" de nos lointains ancêtres indo-européens, est la tripartition du monde des Dieux et de celui des hommes. Cette tripartition s'articule de la manière suivante :

  1. Fonction souveraine, roi, grand prêtre (souvent les deux à la fois), lignée et noblesse de sang. Cette première fonction se subdivise en deux aspects complémentaires:
    A. L'aspect juridico-souverain qui présente un roi ou un Dieu céleste et resplendissant comme le jour, régnant par et pour le bon droit. Aspect couvert chez les Germains par le Dieu Tiwaz.
    B. L'aspect magico-religieux de la fonction souveraine. Cet aspect est parfois couvert par un dieu souverain maître dans les arts occultes et détenteur d'une connaissance sacrée. C'est le cas par exemple dans le panthéon germanique avec le Dieu Wodan. 
  2. Fonction guerrière, noblesse guerrière, guerre défensive et offensive, protection du monde des Dieux, protection du monde des hommes. Armée. Fonction souvent liée à l'élément de la foudre et du tonnerre. Déclencheur violent de l'élément fécondant qu'est la pluie. 
  3. Fonction production et reproduction, aspects sacrés de la fertilité et de la fécondité. C'est la fonction qui donne la vie et qui permet de la perpétuer. Paysans, artisans, commerçants, travailleurs de divers horizons entrent dans cette fonction de la société indo-européenne. Cette fonction est d'ailleurs souvent couverte par des Divinités issues des peuples antérieurs aux Indo-Européens, comme les Vanir du panthéon germanique. Ces Divinités sont la plupart du temps liées à la terre et aux forces chtoniennes. 

 

De profondes analyses et comparaisons lingüistiques furent menées, celles-ci furent recoupées avec les résultats d'analyses comparatives au niveau des différents panthéons d'origine indo-européenne. Tout ceci a permi de reconstruire les noms que portaient les Dieux à l'origine, à cette époque très reculée qui se situe avant la grande division des Indo-Européens, celle qui fit d'eux les grands conquérants de la fin du néolithique et de l'âge du bronze. 

 

Voyons à présent ce Dieu indo-européen des origines, celui de la 2è fonction. Son nom *MAWORTS fut reconstruit par les spécialistes en lingüistique indo-européenne. Il a d'ailleurs posé de sérieux problèmes car il existe un fait historique très caractérisitque pour ce Dieu de la guerre: il fut très souvent nommé par une de ses épiclèses. Son nom se perdit au profit de l'épiclèse, ce nom rajouté qui définissait une des fonctions du Dieu. Cette foncton divine a parfois survécu de manière très marquée comme ce fut le cas chez les Romains par exemple, et parfois elle n'a survécu que de manière mineure, plus effacée. 

 

*MAWORTS

Le nom originel indo-européen a survécu dans les noms suivants :

  •  Mars (romain) 
  •  Marut (sanskrit) 
  •  Martins (letton).

 

Voici maintenant diverses épiclèses indo-européennes liées au nom du Dieu de la guerre *MAWORTS :

 

*TARONTS (Tonnerre) qui donna les noms suivants :

  • Donar (germain continental)
  • Thorr (germain septentrional - Vikings)
  • Taranis (celte - gaulois)
  • Taran (celte - gallois)
  • Torann (celte - irlandais)
  • Taranaich (celte - picte)
  • Tahrunt[as] (hittite)

 

*PERKWUNOS (le Dieu frappeur) qui donna les noms suivants :

  • Perun (slave)
  • Perkons (balte - letton)
  • Perkunas (balte - lithuanien)
  • Perëndi (albanais)
  • Parjanya (sanskrit)

 

*ARYOS (le Seigneur) et *NER [génitif *Neros] (le Héros) qui donnèrent les noms suivants:

  • Aray (arménien)
  • Arès (grec)
  • Indra (sanskrit)

 

Grâce à survol lingüistique, il nous est permis de voir les différents noms que portait le Dieu de la guerre chez les très nombreux peuples descendants des Indo-Européens. 

*MAWORTS apparaît donc comme un Dieu de la guerre. Mais il est plus que cela, car les études comparées nous le montrent aussi lié à la foudre et au tonnerre. Ceci est le cas dans la majeure partie des panthéons indo-européens: germain, celte, slave, balte, indo-aryen, hittite, etc... Il semblerait qu'uniquement dans la culture grecque et romaine, la foudre comme arme divine et céleste, ne soit plus présente dans la 2è fonction et qu'elle soit passée dans la 1è fonction, aux mains de Zeus et Jupiter. Le Dieu de la fonction guerrière et de la foudre était en général beaucoup plus proche du peuple que les Dieux de la fonction souveraine comme Mitra (indo-aryen), Odin (nordique), Zeus (grec). On leur préférait plutôt Indra, Thor, ou Arès.

Les Marut (indo-aryen) étaient des Divinités mineures plutôt belliqueuses. Martins chez les Lettons était un Dieu mineur, frère d'Usins, dédié à la protection des frontières. 

La racine indo-européenne *TARONTS se dit au génitif *Tarontos (le tonnant), ou encore *Taronos (celui [le Dieu] du tonnerre). Ce mot est conservé par le proto-germanique *Thunraz, nom qui donna ceux de Donar et de Thor. En langue celte également il est très reconnaissable dans le nom du Dieu Taranis et de ses variantes insulaires, et le nom hittite non plus ne laisse pas de place au doute: Tarhuntas. 

La racine *PERKWUNOS fut conservée dans la plupart des langues slaves et baltes. Son nom se relie tantôt à l'idée d'un Dieu frappeur, un Dieu belliqueux donc, tantôt à l'idée d'un Dieu du chêne. Cet arbre est en effet dédié particulièrement au Dieu de la fonction guerrière dans la plupart des panthéons indo-européens. 

La racine *NER (*Neros au génitif, et qui veut dire héros) est un titre de gloire qui fut conservé par le très puissant Dieu indo-aryen Indra, un Dieu dont l'importance finit par dépasser celui de la fonction souveraine. La racine *ARYOS est celle qui est à la base du mot "Aryen", nom que se donnait un peuple indo-européen qui a conquis les actuels Afghanistan, Pakistan, deux vallées majeures de l'Inde, et les hauts plateaux de l'Iran. Ce mot signifie "le seigneur", d'autres versions le traduisent comme "pur". Dans tous les cas cela fait référence à une personne d'un rang élevé et de sang noble. Le Dieu grec Arès est ainsi le noble Seigneur de la guerre. Cette racine indo-européenne a par exemple survécu aussi dans le grec "areiôn" qui signifie "meilleur" et "très brave".

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

 

Liens :

 

Mercredi 29 Novembre 2017