Prométhée

Le Mythe de Prométhée et son Symbolisme...

Le Vol du Feu et l’Ère des Hommes...

La tradition païenne de la Grèce antique nous a livré une grande quantité de mythes plus intéressants les uns que les autres. Le mythe de Prométhée s’inscrit parmi les plus importants des mythologies européennes. Ce mythe nous révèle l’avènement de l’ère des hommes au travers du vol du feu divin. Son symbolisme est profond et mérite plus d’un détour. 

 

Proméhtée est un fils de la race des Titans. Il fait donc partie de ces êtres issus du chaos primitif en révolte permanente contre l’ordre divin des Dieux. Avec de la boue, mélange de deux éléments sacrés que sont la terre et l’eau, Prométhée a créé les races humaines. C’est la Déesse Athéna qui insuffla la vie à ces corps récemment créés. Prométhée se sentait donc inévitablement proche des humains pour lesquels il chercha à donner un peu plus que la vie. Un plan fut élaboré par lui et son frère Épiméthée. Après la victoire des Dieux olympiens sur les Titans, avec l’aide d’Athéna, Prométhée se rendit sur le char du soleil à l’Olympe. Il avait décidé de dérober le feu divin afin de l’offrir aux hommes. Et c’est ce qu’il fit. Il parvint à voler le feu de la roue solaire, et, au moyen d’une tige de férule, il put conserver un tison, et donner le feu sacré aux hommes. Il en profita pour enseigner aux hommes différents arts comme celui de la métallurgie. Il paraît donc clair que Prométhée participe directement du principe évolutif de l’espèce humaine, il en est même la clé de voûte. L’esprit rebelle, commun aux Titans, l’aide grandement dans cette entreprise. 

 

Zeus, roi des Dieux et maître des esprits, s’aperçut de la ruse et dicta une punition contre Prométhée. Ce n’est pas le fait de donner le feu aux hommes qui fut puni, mais le fait d’avoir volé les Dieux. Prométhée fut enchaîné nu à un rocher dans les montagnes du Caucase par le Dieu Héphaïstos, maître du feu et de la forge. Zeus envoya un aigle, qui depuis lors, dévorait tous les jours le foie de Prométhée. Le foie se régénérait tous les jours, ce qui permit à l’aigle de continuer à le dévorer ad vitam aeternam. Ce supplice fut évidemment horrible pour Prométhée qui ne voyait plus la fin de son châtiment et de sa souffrance. Le fait qu’il soit enchaîné nu à un rocher n’est pas innocent, car ainsi Zeus l’oblige symboliquement à retourner à l’état primitif de l’existence. L’aigle est le symbole du pouvoir souverain de Zeus, un symbole solaire et ouranien qui s’oppose à l’esprit rebelle du condamné. Le foie quant-à lui est traditionnellement un symbole des mouvements de colère, la saveur amère de la bile ouvrant les portes des intentions venimeuses. Durant ses célèbres 12 travaux, Héraklès délivra Prométhée de son supplice. Il retira ses chaînes et tua l’aigle. 

 

Le mythe de Prométhée reflète une histoire de l’évolution humaine. Il illustre parfaitement l’avènement de la conscience humaine, ouvrant ainsi l’ère des hommes, une ère qui cherche à se démarquer de la soumission totale aux Dieux. Pour bien comprendre le sens du mythe, il suffit de comprendre ce que signifie le nom même de Prométhée. Son nom se traduit par «la pensée prévoyante», et c’est en effet ce à quoi se résume toute l’entreprise de Prométhée : offrir aux hommes cette conscience intellectuelle qui génère un esprit organisé, miroir d’une volonté emplie de sagesse et de clairvoyance. Prométhée incarne ainsi le triomphe de l’esprit.

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

Lien :

 

Jeudi 30 Novembre 2017