Déméter - Cérès

Un Hymne aux Cycles Saisonniers...

Dans la tradition païenne des Grecs et des Romains, il existe une Déesse dont le rôle est fondamental, c’est Déméter / Cérès. Elle est la Magna Mater, la Grande Déesse, la Terre-Mère. Son culte vint très probablement d’Anatolie. La Terre-Mère fut à l’origine vénérée chez les Grecs sous l’aspect de Gaïa ou de Rhéa, figures divines qui représentent la Terre dans sa phase sauvage, indomptée et originelle. Gaïa s’apparente à la Terre-Mère telle que la connaissaient les peuples du paléolithique, nos très lointains ancêtres qui vivaient de la chasse et de la cueillette. Le culte de Déméter quant à lui, ne reflète pas la Terre sauvage, car il est celui de la Terre domptée, celle travaillée par l’homme afin qu’elle donne ses meilleurs fruits. Elle est la Déesse de l’agriculture et des moissons, la force divine qui accompagne les semences qui germent dans les champs. Elle doit ainsi avoir son origine au néolithique, une période révolutionnaire pour l’histoire de l’humanité, celle du passage de la chasse-cueillette à l’agriculture. Cultiver la terre fut un évènement majeur qui changea profondément la vie de nos ancêtres et leur rapport avec la Terre. 

 

Le nom grec Déméter vient de Γῆ Μήτηρ / Gễ Mếtêr, nom qui signifie tout simplement la Terre-Mère. Elle est fille des Titans Cronos et Rhéa. Son nom romain, Cérès, est l’origine de notre mot «céréale». L’épi de blé est l’attribut principal de la Déesse, un symbole de sa relation avec le monde de l’agriculture. Dans le panthéon romain, Cérès est fille de Saturne et de Ops. Déméter et Cérès, bien que sous des noms différents, sont une seule et même Déesse. 

 

Mais avant d’être cette Déesse de l’agriculture et des moissons, Déméter fut la Déesse des morts et des renaissances. Comme toutes les figures divines qui représentent la Terre-Mère, Déméter est inséparable de cet aspect originel lié au principe de Vie-Mort-Renaissance. Un de ses hauts lieux de culte fut celui d’Eleusis. On y célébrait les mystères initiatiques d’Eleusis, mystères basés sur le cycle des morts et des renaissances et le principe des éternels recommencements. Déméter, selon les anciens mythes, enseigna aux hommes l’agriculture par le biais de Triptolème, à qui elle confia un épi de blé. Triptolème put ainsi initier les hommes aux secrets des semis et du labour.

 

Déméter est la mère de Perséphone, sa fille unique qui fut enlevée par Hadès, le Dieu des morts. Déméter remua ciel et terre pour retrouver sa fille. Nombreux sont les poèmes de l’antiquité qui chantent cette quête de la mère pour rejoindre sa fille Perséphone. Durant cette quête, la Déesse délaissa les récoltes de la Terre. Elle prit l’aspect d’une vieille femme et erra pendant 9 jours. Une «vieille femme» est la figuration d’un cycle qui se termine, c’est l’annonce de sa maturité et de sa prochaine mort et renaissance. Le chiffre 9 confirme cet aspect car il symbolise un nouveau cycle, un recommencement. Zeus voyant que la famine allait frapper la terre des hommes, décida d’envoyer Hermès, le messager des Dieux, auprès d’Hadès afin que ce dernier rende la liberté à Perséphone. Zeus, le roi des Dieux, put obtenir d’Hadès que Perséphone passe l’hiver dans le royaume des morts, et le reste de l’année auprès de sa mère Déméter. Avant de germer et de lever, le grain passe des mois sous terre, tout comme Perséphone passe six mois d’hiver dans le monde souterrain du dieu Hadès, avant de revenir pour six autres mois de printemps et d’été auprès de sa mère Déméter. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

Jeudi 30 Novembre 2017