Tuisto

Ancêtre des Germains...

Avant tout, voyons ce que nous en dit l'auteur latin Tacite du 1er siècle de notre ère. Son oeuvre "Germania" est notre unique source littéraire concernant ce Dieu germain. Voici l'extrait de ce texte de Tacite: 

"D'anciennes poésies, leurs seuls monuments historiques, célèbrent le Dieu Tuisto, né de la Terre, et son fils Mannus, comme les pères et les fondateurs de la nation. Ils donnent à Mannus trois fils, lesquels ont donné leurs noms aux Ingévones les plus voisins de l'Océan, Herminones ceux de l'intérieur, et aux Istévones, qui forment le reste de la nation".

 

Le nom du Dieu Tuisto, que l'on trouve parfois aussi comme Tuisco, serait selon certaines versions étymologiques à relier au mot proto-germanique *tvai. C'est cette racine germanique qui a donné le mot "two" en anglais, "zwei" en allemand, "twee" en néerlandais, ou encore "tveir" en islandais. Ce mot signifie "deux" et nous renvoie à un possible double aspect du Dieu. La notion de double aspect est rendue en allemand par le mot "Zwitter" qui fait allusion à un état androgyne de la Divinité. Il serait donc tellement ancien, qu'il relèverait de la genèse de la cosmogonie germanique, une époque mythique où les premiers êtres divins étaient asexués, c'est-à-dire datant d'avant la séparation des genres. Il serait à ce titre l'équivalent du nordique Ymir, le Géant des origines dont le fils Buri eût à son tour un fils du nom de Bor. Ce dernier engendra avec son épouse Bestla trois fils: les Dieux Odinn, Vili, et Vé. Ici également, le parallèle a été fait entre Bor et Mannus, ainsi qu'entre les trois Dieux et les trois peuples germaniques. Bien que cette interprétation n'est pas certaine à 100%, il est quand-même fort probable qu'il y ait une relation entre ces deux cosmogonies frères. Une autre version étymologique rapproche le nom du Dieu Tuisto du grand Dieu germanique Tiwaz, l'héritier du *Deiwo indo-européen, le Père du ciel diurne. Ceci ferait de Tuisto un fils du Dieu Tiwaz, et expliquerait par là même cet aspect double dans la relation Père-Fils. Cette dernière explication pour le Dieu Tuisto, loin d'être en contradiction avec le parallèle Tuisto/Ymir, est complémentaire et pourrait bien reposer sur de très anciens mythes d'époque proto-germanique dont nous avons perdu hélas toute trace. 

 

Le père de Tuisto pourrait donc être le ciel diurne incarné par Tiwaz, et en élargissant cette analyse, on pourrait même penser que Tuisto serait une hypostase de Tiwaz. Les deux indifférenciés se confondraient alors en une seule et même figure divine. Par ailleurs, le texte de Tacite nous dit que le Dieu Tuisto est né de la terre, ce qui lui donne comme mère la grande Déesse, la Terre-Mère elle-même. Ce genre de naissance "miraculeuse" est connu dans d'autres panthéons indo-européens tel que nous avons pu le voir pour le Dieu Mithra, Dieu solaire de l'antiquité tardive qui correspond à l'origine à la même fonction souveraine que le Dieu Tiwaz. Les deux relèvent de la première fonction indo-européenne, celle de la royauté et de la législation. La comparaison indo-européenne ne s'arrête pas là d'ailleurs, car les trois fils de Mannus ou les trois fils de Bor, pourraient à leur tour refléter la trifonctionnalité indo-européenne. 

 

Le Dieu Mannus, fils du Dieu Tuisto, présente lui aussi un intérêt certain. Son nom vient du germanique Mannaz, nom qui n'est pas étranger à ceux qui s'intéressent aux runes. Mannaz est le nom de la 20è rune du futhark germanique commun. Son nom se traduit par "Homme", mais pas dans le sens de l'homme opposé à la femme, car on devrait plutôt le traduire par "Humain" équivalent du mot allemand "Mensch". À la lumière de cette étymologie, on serait tenté de dire que Mannus est le père du genre humain. Et bien non! Car l'auteur Tacite précise bien que les Germains pensaient que Mannus était le père des trois grands peuples germaniques, et non de tous les humains. Ce détail très important fait de Mannus un Dieu-ancêtre des Germains et uniquement de ces derniers. Il est à ce titre un Dieu géniteur et protecteur des peuples germaniques. On peut sans doute aucun parler d'un Dieu identitaire et tutélaire d'une ethnie bien spécifique. On retrouve d'ailleurs chez les Indo-Aryens la même figure divine avec Aryaman, le Dieu protecteur et identitaire des Aryens. Il faut de plus rappeler que lorsque Tacite parle de nations germaniques, il ne fait en aucun cas référence à des pays géographiques, mais bien à des ethnies. Le mot nation vient ici substituer le terme de race, tel qu'on peut le constater aussi dans la tradition amérindienne lorsqu'il est question de nations indiennes. Cette question ethnique est fondamentale car elle nous rappelle que les paganismes d'origine indo-européenne sont avant tout une tradition identitaire où les mélanges du style "fourre-tout" n'ont pas du tout leur place. De nos jours ce genre de dérives est hélas très à la mode. Le courant "new-age" ou certaines branches de la Wicca qui mélangent allègrement traditions européennes, égyptiennes, mayas, sumériennes (et j'en passe), sont ainsi en contradiction absolue avec l'esprit même du paganisme de nos ancêtres indo-européens qui repose sur le concept sacré de "famille-tribu-clan-race". 

 

Et pour finir, il faut mentionner ici les trois peuples germaniques évoqués par Tacite: les Ingévones, les Herminones, et les Istévones. 

Le nom des Ingévones a un lien clair et évident avec le Dieu germanique Ingwaz, l'équivalent du nordique Freyr. Selon l'auteur latin, c'est parmi ce peuple qu'on rendait culte à la Déesse Nerthus, élément qui se trouve sur le même principe de fertilité et fécondité que le Dieu Ingwaz. 

 

Le nom des Herminones a été rapproché d'une Divinité comme Irmin qui serait elle aussi une hypostase du grand Dieu Tiwaz. C'est ce même nom que l'on retrouve dans celui de l'arbre cosmique des Saxons: l'Irminsul (mot qui se traduit par "la colonne d'Irmin). 

Quant-au nom Istévones, il pose problème et aucne interprétation satisfaisante n'a pu être avancée jusqu'à ce jour. 

Les Ingévones incluent des peuples germaniques comme les Cimbres, les Chauques, ou encore les Frisons. Les Herminones regroupent des peuples comme les Chérusques ou les Suèves. Chez les Istévones sont compris des peuples comme les Ubiens ou les Tenctères. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources : 

 

Liens :

 

Samedi 25 Novembre 2017