Njörd

Le Havmann...

L'Homme et la Mer...

Njörd (prononcer "nyeurdd) est le Dieu de la mer côtière des peuples nordiques. C'est un Dieu de la famille des Vanir, Dieux de la 3è fonction indo-européenne, celle de la production et reproduction. Snorri Sturluson, un écrivain islandais du 12è siècle, décrit le culte au Dieu Njörd en explicant qu'il gouverne le souffle des vents, et de ce fait, il est à même de calmer la mer et le feu. Il est bon de l'invoquer pour la navigation en mer ainsi que pour la pêche. Njörd est tellement riche et fortuné en biens (svá auðigr ok fésæll) qu'il est enclin à donner abondamment à ceux qui l'honorent. Par ailleurs, on apprend que Njörd n'est pas seulement lié à la mer des zones côtières, il est aussi un Dieu honoré sur la terre ferme comme en Suède, où non seulement on lui attribuait la richesse des hommes mais aussi les bonnes récoltes dans les champs. Cette relation avec la fertilité de la Terre montre un aspect peu connu du Dieu, celui qui le place comme un Dieu de l'abondance et de la prospérité, qu'elle soit sur terre ou sur mer. On peut même avancer que l'origine du Dieu n'est certainement pas aquatique, mais plutôt terrestre et chtonienne, élément qui est complètement confirmé par le nom même de Njörd. Ce nom est composé de la racine "jörd", or Jörd est un des noms de la Terre-Mère dans le panthéon des Divinités germano-nordiques et c'est encore ce mot qui désigne de nos jours la "terre" en islandais. C'est cette même racine étymologique que l'on retrouve désignant la Terre dans les différentes langues germaniques. Nerthus était le nom de la Terre-Mère pour les Germains continentaux, puis de "jörd" vinrent des noms comme Erda, die Erde en allemand, the earth en anglais, jord en suédois, jorden en norvégien, aarde en néérlandais. Tout ceci nous rappelle donc qu'à l'origine la fonction du Dieu Njörd devait couvrir de vastes domaines aussi bien terrestres que maritimes. Mais il est vrai aussi que principalement les pêcheurs norvégiens et danois sont ceux qui conservèrent très longtemps le culte à ce Dieu, qui leur promettait des pêches riches et abondantes. C'est ainsi que Njörd fut gravé dans la mémoire collective comme le Dieu de la mer. Rappelons au passage que dans le panthéon germano-nordique, le Dieu de la haute mer est un Géant du nom d'Aegir. Ran quant-à elle est la Divinité féminine liée à la haute mer. 

 

Le culte au Dieu Njörd ne s'est d'ailleurs jamais vraiment éteint en Scandinavie. Il a survécu au travers de nombreuses figures mythiques comme celles des Génies de la mer. Son nom même ne s'est jamais vraiment effacé de la mémoire populaire étant donné qu'un texte norvégien publié en 1943 relate un témoignage du 18è siècle plutôt intéressant. Ce témoignage évoque directement le nom païen du Dieu. Voici ce texte: "Les vieux avaient toujours assez bonne chance quand ils pêchaient. Une nuit, la vieille Gunnhild Reinsnos (née en 1746) et Johannes Reinsnos pêchaient dans le Ljosavatn. Ils avaient apporté une torche et pêchaient au vif. Le poisson mordit bien à l'hameçon et il ne se passa pas beaucoup de temps avant que Gunnhild n'eût du poisson à bouillir pour toute la semaine. Alors elle roula la ligne autour de la gaule en disant: "Merci à lui, Njör, pour cette fois". "

Même s'il manque le "d" final, il n'y pas de doute possible, il s'agit bien d'une invocation au Dieu Njörd en plein 18è siècle. À la lumière de témoignages de cette nature, la continuité de son culte semble être une évidence, même si cette continuité s'est opérée de manière discrète et ponctuelle, car n'oublions pas que l'église chrétienne, en Norvège comme ailleurs, a toujours cherché à détruire toute trace de paganisme trop vivant à ses yeux inquisiteurs. 

 

Nous allons voir à présent une des nombreuses survivances "déguisées" du culte au Dieu Njörd, là où on le présente comme un Génie de la mer du nom de Havmann. C'est une courte et belle histoire que nous livre le district reculé de Helgeland, dans la partie septentrionale de la Norvège. On y raconte qu'un pêcheur prit un jour à sa ligne une créature étrange, de la taille d'un petit enfant, homme au-dessus de la ceinture et poisson au-dessous. Le pêcheur prit grand soin de cette créature et après l'avoir ramené en terre ferme, il la traita avec beaucoup de respect. La nuit suivante une voix se fit entendre, une voix profonde qui emplissait tout l'espace. Cette voix venait de la mer. L'être mi-homme mi-poisson montra du doigt la mer et dit: "c'est papa qui m'appelle...". Sur ce, le pêcheur prit la créature et la remit à la mer, lui permettant de rejoindre ainsi son père, le Havmann, Génie de la mer. En récompense, le havmann offrit au pêcheur un bateau merveilleux. Mais ce dernier n'osa pas accepter un tel cadeau, car les règles liées au principe sacré du Don ne lui permettaient pas d'honorer une telle offrande. Ce à quoi le havmann, voulant absolument faire un don au pêcheur, proposa de révéler un endroit secret et merveilleux où il pourrait faire des pêches fantastiquement abondantes. Le pêcheur accepta, et de fait, il trouva au lieu indiqué une telle quantité de poissons que plus d'une fois sa barque menaça de chavirer. 

 

Avec l'histoire de ce havmann, ce bon Génie des mers, non seulement nous fut transmis un témoignage au culte du Dieu Njörd, mais aussi nous ont été légués des messages cachés liés à la sagesse des runes. Le principe du Don est le passage qui nous met sur la voie car il nous parle de la nature même d'une rune, la rune Gebo (voir lien à la fin). Le Don et le sacrifice suivaient en effet dans la culture païenne des règles bien précises basées sur l'échange mutuel. Les attributs ainsi que la nature maritime de Njörd, tout comme l'abondance que prodigue le Dieu, nous renvoient à des runes comme Fehu (l'abondance, la richesse) et Lögr (l'Eau comme élément de vie et prospérité). 

 

La prochaine fois que vous irez pêcher, ayez donc une pensée pour le Dieu Njörd, il se pourrait peut-être que la pêche soit particulièrement bonne. Dans ce cas, n'oubliez pas de faire une offrande au Dieu en remerciement ;). Ainsi s'accomplit le principe du don. 

 

Hathuwolf Harson

 

Source :

 

Liens :

 

Samedi 25 Novembre 2017