Nemetona

Dans le Nord-Est de la France et dans le Sud de l’Allemagne, existait chez les Gallo-Romains le culte à une Déesse du nom de Némétona. Ses représentations, statues ou inscriptions votives, vont la plupart du temps de paire avec le Dieu Gallo-Romain Mars, le Dieu de la guerre. Même si l’archéologie ne nous a livré que des représentations d’époque gallo-romaine, il est clair que Némétona est d’origine purement celtique, antérieure donc à la période gallo-romaine. Son nom est à mettre en relation avec le Nemed irlandais, ainsi qu’avec le peuple germano-celtique des Némètes. Cette relation avec les Némètes ferait de Némétona la Déesse tutélaire de ce peuple. Mais le nom de la Déesse possède surtout un lien avec le Néméton gaulois, le lieu sacré dans la nature où l’on rendait culte à la Divinité. Son nom pourrait donc être interpété comme la “grande Déesse vénérée dans l’enceinte sacrée”, ou selon Jan De Vries comme la “très haute sacrée”. 

 

Le fait que Némétona ait été représentée ensemble avec le Dieu de la guerre, fait d’elle une Déesse guerrière. Force, combativité, lutte et victoire, devaient être certains aspects de son profil. Une de ses images votives trouvée à Bath, la met en scène avec un Dieu doté de cornes de bouc. Cet animal symbolise la fougue guerière et fut l’animal attribué au Dieu Teutatès. Ces différents éléments nous permettent donc d’affirmer que Némétona devait jouer un rôle certain dans la conception sacrée de la guerre chez les Celtes. 

 

Mais nous savons que chez la tribu celtique des Aresaces (Sud de l’Allemagne), Némétona était aussi liée au culte des sources. Ce qui permit aux spécialistes d’avancer l’idée qu’elle devait être une représentation de la grande Déesse, la Terre-Mère. Cette dernière possède également un aspect guerrier. La Déesse-Mère fut toujours mise en relation avec le triple principe de Vie-Mort-Renaissance, elle donne la vie mais la reprend aussi. La vie qu’elle reprend, se fait selon le principe guerrier de destruction, une destruction mortelle qui permet de préparer le retour d’une autre vie, le tout en harmonie avec les cycles naturels. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

Dimanche 4 Février 2018