Nasium

La Déesse-Mère Celte...

Ceci est la statue de la Déesse-Mère de Nasium, Naix en Lorraine (France). Elle est datée de l'époque gallo-romaine, mais nous allons voir qu'elle a conservé un certain symbolisme celte de la Tène. C'est en 1884 que fut trouvée cette statue d'une Déesse. La commune de Naix-aux-Forges se nommait à l'époque gallo-romaine Nasium. Elle faisait partie du territoire des Leuques, peuple celte appartenant à la Gaule belgique. 

Cette statue fut un mystère jusqu'à ce que l'archéologue et historien Jean-Jacques Hatt puisse dévoiler une partie de son mystère grâce à ses recherches comparatives sur les différents symboles celtes. Cette Déesse-Mère dont la figuration artistique est peu commune pour l'époque gallo-romaine, semble tirer ses traits de représentations remontant à l'époque purement celte de la Tène. La corbeille de fruits qu'elle tient sur ses genoux est un symbole classique de fertilité et d'abondance. Ce genre de corbeille de fruits se retrouve sur une quantité importante de statues de l'époque gallo-romaine. Ce symbole la rattache clairement à la troisième fonction dumézilienne, la fonction de production et reproduction. À ses pieds se trouve un chien, élément qui pourrait la relier au monde des morts, chose assez commune pour les figures de Déesse-Mère. Mais en tant que Terre-Mère elle reste avant tout un symbole de vie. Voilà tout ce qu'on pouvait en dire avant les travaux de Jean-Jacques Hatt.

 

Mais depuis deux éléments symboliques importants ont pu être révélés, ce qui a permis de définir cette Déesse-Mère des Leuques comme étant une représentation de la Déesse celte Rigani, une figure très ancienne de la Terre-Mère. Le premier élément qui a mis l'archéologue sur la bonne piste est la frise que l'on peut voir à droite de sa tête. Cette frise comporte des symboles en forme de S qui s'opposent par paire. Les spécialistes les nomment "esses en double crosse". Ces symboles furent identifiés comme représentant la Déesse-Mère Rigani, ils étaient comme une marque typique de la Déesse. 

 

Par ailleurs nous avons vu grâce au chaudron de Gundestrup (voir lien à la fin), que le mythe de la Déesse Rigani est étroitement lié au Dieu Teutatès qui la protège. Comme nous venons de le voir dans l'article sur le Dieu Teutatès, le Dieu celte Teutatès se caractérise lui aussi par un symbole typique, celui des cornes de bélier, symbole de guerre. Or, si on observe attentivement la coiffure de la statue, on remarque deux boucles sur le front formant le symbole typique du Dieu Teutatès. Selon les spécialistes, ces boucles ne représentent pas une coiffure typique de l'époque, et ne pouvaient donc qu'avoir une valeur symbolique. Cette valeur confirme donc sa relation avec le Dieu Teutatès, démontrant par là que cette statue devrait être identifiée à la Déesse Rigani. Les traits durs du visage et son regard menaçant font également pencher vers cette hypothèse qui exprime l'alliance de la Déesse avec les Dieux celtes Teutatès et Esus. 

 

Hathuwolf Harson

 

Sources :

 

 

Liens :

 

 

Dimanche 4 Février 2018