Sugaar

Le Serpent Mythique des Basques…

Sugaar est le grand serpent de la mythologie basque. C’est une Divinité mâle, l’étymologie de son nom signifie d’ailleurs “serpent mâle”. Il est lié à la grande Déesse-Mère des Basques, la Déesse Mari. On le confond souvent avec le conjoint de la Déesse Mari, le Dieu Maju. Ce serpent mythique porte des noms qui varient selon les régions: Suarra, Sugahar, ou Sugoi. 

 

Dans la région d’Atáun il est coutume de dire que le Dieu-Serpent Sugaar traverse fréquemment le firmament sous forme d’un dragon de feu. Son passage dans le ciel est en général un présage d’une tempête qui s’avoisine. Sugaar se trouve très souvent lié à une maîtrise magique du ciel avec l’orage, le vent ou la grêle. Ce Dieu-Serpent vit dans les zones souterraines, ce qui le relie bien-sûr étroitement à la Terre-Mère. Il sort des entrailles de la terre par des grottes de montagne comme celles de Agamunda, Sugaarzulo, ou Kutzegorri. Sugaar est à l’origine un Dieu fondateur et même créateur puisqu’il semblerait que les lignées des nobles remontaient au Serpent lui-même. C’est ainsi que par exemple le premier Seigneur de Biscaye est fils de la princesse de Mundaca et du Serpent Sugaar. 

 

Dans le folklore populaire, on dit de Sugaar qu’il punit les humains qui ne respectent pas leurs parents. Pour cela il peut prendre forme humaine. Mais il ne punit pas seulement, il prodigue également de riches cadeaux. À Dima en Biscaye, un jeune homme accompagné de son frère attaqua un serpent dans la grotte de Balzolar. Ce serpent n’était autre que Sugaar. Le jeune homme lui écrasa la queue d’un coup de pierre. Le frère lui reprocha d’avoir agressé le serpent et désapprouva fortement le geste de son frère cadet. Des années plus tard, l’ainé se trouva transporté par magie dans la grotte où un inconnu lui fit cadeau d’une caisse remplie d’or. Tout cet or fut la récompense pour l’attitude de reproche qu’il avait eu vis-à-vis de son frère. Pour ce dernier, il y eut également un cadeau: une ceinture rouge. Quand le frère cadet reçut ce présent, il accrocha la ceinture à un noyer qui lui tenait à cœur. L’arbre s’enflamma aussitôt et fut réduit en cendres. L’inconnu était bien-sûr le Dieu-Serpent Sugaar, et la ceinture rouge fut sa vengeance. La caisse remplie d’or relie le Dieu au principe d’abondance et de richesse, principe qui correspond bien aux forces divines chtoniennes, celles de la fécondité et fertilité.

 

Cette figure mythique du Dieu-Serpent basque nous plonge dans une des plus anciennes mythologies d’Europe. Le peuple basque et ses mythes prennent leurs racines à une époque historique très lointaine, puisqu’elles remontent à une période antérieure aux Indo-Européens. Les mythes basques comportent de nombreux éléments qui sont directement issus de la première période du néolithique et même du paléolithique. Un Dieu chtonien comme le Serpent Sugaar qui est relié aux forces célestes de l’orage et de la grêle, est révélateur d’un panthéon qui n’avait pas encore été en contact avec le panthéon indo-européen et sa structure tri-fonctionnelle. La culture basque et ses racines païennes nous permettent ainsi un voyage au plus profond de nos racines européennes, celles qui remontent à la nuit des temps. 

 

Hathuwolf Harson.

 

Sources :

 

Lien :

 

Samedi 18 Novembre 2017